Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le célibat en nette augmentation dans les pays arabes


Diagnostic d’un phénomène social



Le célibat en nette augmentation dans les pays arabes
S’il est une réalité sociale qui n’a nullement besoin d’être démontrée, c’est bien celle du célibat voire du mariage tardif. Bon nombre de jeunes ont du mal à se laisser passer la bague au doigt. Il s’agit plus d’une contrainte que d’un choix. C’est ce qu’indique encore une fois une récente étude égyptienne qui a fait un tour d’horizon des pays arabes par rapport à ce phénomène. A en croire ses résultats, le Maroc s’en sortirait plutôt bien avec le  pourcentage le plus faible, à savoir 10%. C’est l’Irak qui détient la palme avec 85%. Un fait qui s’expliquerait probablement par le chaos où est plongé le pays.
Cette étude retrace une tendance qui s’est imposée depuis les années 70 où les comportements de nuptialité ont connu des changements importants dans les pays arabes. Ainsi, l’âge moyen du mariage a connu une nette augmentation. Au Maroc, d’après les chiffres du HCP, il serait de 26,6 ans pour les femmes en 2010, soit près de 10 ans de plus qu’en 1960.
Pour en revenir aux conclusions de l’étude, il s’avère qu’en Egypte 15 millions de filles et de garçons ayant la trentaine n’ont toujours pas trouvé chaussure à leur pied. Pire encore, 9 millions de jeunes de plus de 35 ans sont encore célibataires. En Arabie Saoudite, pays conservateur par excellence, on aurait du mal à imaginer qu’un million et demi de jeunes filles ont dépassé l’âge du mariage. 
Ailleurs et à titre d’exemple, le taux de célibat au Koweït a augmenté pour atteindre 13%.  Au Qatar, au Bahrein et aux Emirats Arabes Unis, il est de 35%. Au Yémen et en Libye, il est de 30%, et il est de 20% au Soudan et en Somalie. L’Algérie n’est pas en reste puisque d’après l’étude, quatre millions de jeunes filles ne sont toujours pas mariées  bien  qu’elles aient dépassé 34 ans. Rien de réjouissant pour leurs familles !
Pourquoi en est-on arrivé là ? Comment expliquer ce phénomène ? Plusieurs raisons sont avancées par les auteurs du rapport. Elles sont d’abord économiques, liées probablement aux conditions précaires où vivent les jeunes. L’étude pointe également du doigt, le fait pour certaines  familles d’être très exigeantes quant aux critères auxquels devraient répondre les futurs prétendants. D’où un sentiment d’injustice sociale notamment face à une absence quasi-totale de communication entre les générations. A ce niveau, des explications psychologiques sont également indiquées . Et pour cause, l’étude parle d’un manque de confiance  en soi, de stress voire de dépression ainsi que de  l’incapacité à porter un choix définitif. Il est même question d’une crise des valeurs.
Bien évidemment, toutes ces conditions débouchent sur un mal-être profond aussi bien psychique que physique : ulcère  d’estomac, difficultés respiratoires voire tension artérielle. 
Par ailleurs, l’étude a insisté sur le fait que sans nul doute la racine du mal réside dans la façon dont ont été éduqués ces jeunes. Irresponsables, attachés au cocon familial, ils vivent  dans la crainte de couper le cordon ombilical. De plus, les cursus universitaires assez longs des femmes et les hautes fonctions auxquelles elles aspirent les rendent indéniablement plus exigeantes et plus sélectives. Alors, se marier juste pour changer de statut et suivre le mouvement ne fait plus partie de leurs priorités.
 
 

Nezha Mounir
Mercredi 20 Août 2014

Lu 1208 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs