Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le cannabis légalisé fait planer l'Amérique




La consommation légale de cannabis conquiert chaque année davantage l'Amérique: elle était autorisée fin 2015 dans 23 Etats et la capitale Washington DC, et 2016 devrait marquer un tournant pour ce marché naissant estimé à près de 22 milliards de dollars en 2020.
Début 2016, 86% des Américains vivaient dans un Etat autorisant d'une façon ou d'une autre la consommation de cannabis (médical et/ou récréatif).
Et, selon John Kagia, directeur de la société New Frontier, cette année devrait être un "point de basculement" puisque onze Etats devraient se prononcer sur le sujet, dont sept pour un usage récréatif.
Le marché du cannabis légal "va être très, très compétitif dans les cinq prochaines années", a-t-il relevé lors d'une conférence cette semaine à Washington.
Si la détention, la vente et la consommation de marijuana reste illégale au niveau fédéral, elle est autorisée à des fins récréatives dans quatre Etats (Colorado, Washington, Alaska, Oregon) et la capitale fédérale Washington DC.
Cela fera tout juste un an vendredi que la capitale a légalisé le cannabis à des fins récréatives: chaque adulte peut notamment posséder jusqu'à 56 grammes, de quoi confectionner 80 cigarettes, et cultiver six plants.
Mais le Congrès américain, qui a la tutelle de la capitale fédérale, a empêché la municipalité de réguler ce marché. Par conséquent, il est toujours interdit de vendre et d'acheter du cannabis à Washington DC.
Depuis le feu vert en 2012 des pionniers récréatifs de l'Ouest (Colorado et Washington), les ventes progressent de 30% par an en moyenne, selon une étude de New Frontier et Arcview Group, société de conseils financiers spécialisée dans l'industrie du cannabis.
Elles atteignaient 4,6 milliards en 2014, et devrait bondir à 21,8 milliards en 2020.
Une explosion due surtout à la dépénalisation croissante de la consommation récréative: le cannabis médical représentait 92% du chiffre d'affaires en 2014, mais sa part devrait reculer à 47% dans quatre ans.
Un véritable marché est en train de germer: plantations industrielles, produits alimentaires, matériel pour cultiver à domicile ou pour consommer, formation pour lancer son entreprise ou pour apprendre le b.a.-ba de la culture chez soi...
Si les entrepreneurs en herbe sont nombreux à vouloir tenter leur chance dans cette nouvelle aventure, les Etats s'y retrouvent également.
Ainsi, les caisses du Colorado ont engrangé 135 millions de dollars en impôts et licences pour près d'un milliard de dollars de chiffre d'affaires l'an dernier (700 millions en 2014), selon le Denver Post. L'Etat de Washington a récupéré la première année 70 millions, pour des ventes de 257 millions grevées par une pénurie.
A mesure que l'Amérique succombe au cannabis légal, la concurrence s'accroît et les règlementations et taxations différentes créent parfois des tensions entre Etats voisins.

Vendredi 4 Mars 2016

Lu 856 fois


1.Posté par Magid le 04/03/2016 02:43
Et quid des effets du canabis sur la conduite et l'incapacité des étudiants fumeurs de cette drogue ( , oui il sagit d'une drogue,) à pouvoir poursuivre des fillières universitaires qui exigent concentration et effort intelectuel soutenue? Car l'un des effets direct du canabis est de réduire considéreblement les performances intelectuelles et de diminiuer de manière importante les réflexes. Je ne ne parle même pas du mélange désastreux de l'alcol et du canabis sur le comportement routier. Le canabis à des fins thérapeutique n'est donné qu' à des malades de cancer au stade finale pour soulager la douleur devenue insuportable malgré les antalgiques. Car les effets secondaires sont bien plus nombreux et dangereux que les effets " positifes" et bien sur à un stade terminal , il n' ya plus rien à perdre. Et les recettes fiscales à court terme seront inférieures aux couts engendrés à la société par le recours à cette drogue: hospitalisation suite à une santé mental détériorée, accidents de la route, jeunes désoeuvrés qui ne décrocheront aucun diplome et qui seront au chomage car plus capable de réussir des examens suite à la consomation de canabis. Bien sur les industriels au courant de ces effets néfastes les passeront sous silence au vue des bénéfices à en tirer. Est ce parce que le PAM qui a toujours voulu servir le peuple marocain en premier et non ses intérêts ( LOL Mdr) souhaite légaliser l'alcool et le canabis pour le plus grand profit d'industrieles qui n'attendent que ça , que les effets néfastes sont passé sous silence? Et est ce surtout parce que ce même PAM a fait une alliance avec l'USFP que cette article va dans le même sens ? Article non signé d'ailleur , on se demande pourquoi!Allons je n'ose y croire ! C'est bien sur, c'est ça la modernité que l'on veut nous vendre. Un coup de colère certes mais légitime et argumenté de manière objective. Un lycéen arriverait aux même conslusions, il n' y a que les aveugles ambitieux pour penser que la masse est incapable de raisonner..

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs