Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le cannabis en tête des drogues saisies





La lutte contre le trafic de drogue a atteint des résultats tangibles en 2008, marqués par la chute de ce commerce, le recul remarquable des cultures de résine de cannabis, qui fait régresser le Maroc face à l'émergence de nouveaux producteurs mondiaux et la neutralisation significative du trafic de cocaïne.
Ainsi, les saisies opérées en 2008 totalisent, au niveau national, 110,893 tonnes de résine de cannabis (chira), 33,584 kg de cocaïne, 6,28 kg d'héroïne et 43510 unités de psychotropes, indique la direction de la migration et de la surveillance des frontières au ministère de l'Intérieur.
Ces saisies ont été opérées à la faveur du renforcement de la surveillance des frontières, les investissements consentis pour équiper les postes frontaliers avec des moyens de détection performants ainsi que les efforts déployés dans le domaine du renseignement.
Le trafic de cannabis reste, en effet, en tête des drogues saisies au Maroc, selon les statistiques de la DGSN, établies du 1er janvier au 30 novembre. Celui de la  cocaïne occupe la deuxième position, suivi de celui des psychotropes ainsi que de l'héroïne, avec un total de saisies respectives de 32,166 kg, 41.880 unités et 5,471 kg.
Comparés à la même période de l'année dernière, ces chiffres viennent dénoter, selon la DGSN, une chute notable des saisies, due à l'intensification de la lutte contre ces multiples trafics, engagée par les services de sécurité, au niveau national et régional, principalement au niveau des grands ports du Royaume, où furent opérées d'importantes saisies.
Les résultats des actions menées cette année par les services de la DGSN ont permis ainsi de ramener les saisies de cannabis à 60 tonnes 278 kg contre 65 T 014 kg en 2007, celles de la cocaïne à 32 kg 167 gr contre 209 kg 17 gr en 2007, les psychotropes à 41.880 unités contre 50.816 unités en 2007, alors que les saisies de l'héroïne se sont accrues à 5 kg 471 gr contre 1kg917 gr en 2007.
Il s'avère en effet que sur l'ensemble des préfectures de police, et à l'instar de l'année précédente, Tanger se classe en tête de liste avec une saisie globale de 30 tonnes 945 kg, contre 34 tonnes 916 kg au cours de la même période de l'année 2007, suivie d'Agadir avec 7 tonnes 241 kg contre 2 tonnes 42 kg, Casablanca avec 7 tonnes 237 kg, contre 9 tonnes 281 kg et Tétouan avec 4 tonnes 155 kg, contre 3 tonnes 159 kg.
Il ressort de ces indications globales qu'en matière de résine de cannabis, environ 95% des saisies globales opérées étaient destinées au trafic international, principalement aux pays de l'Europe occidental.
Ce trafic emprunte les itinéraires qui passent par les postes frontières nord du Royaume avec en tête le port de Tanger où la saisie de 27 tonnes 41 kg a été opérée, représentant un taux de 48 %de la saisie globale.
Les saisies opérées, au niveau des plates-formes portuaires et aéroportuaires qui sont équipées en moyens technologiques de détection conformes aux normes internationales, ont été accompagnées de l'arrestation de 591 trafiquants étrangers, dont 122 Français, 148 Espagnols, 21 Italiens, 20 Hollandais et 12 Belges, ajoute la DGSN.
Selon cette dernière, les réseaux qui monopolisent le trafic de cannabis continuent à être ceux issus des principaux pays de destination, à savoir l'Espagne, la France, la Belgique, les Pays-Bas et l'Italie.
A signaler que certains réseaux commencent à emprunter les routes Sud et Est du Royaume, comme en témoigne la saisie de 06 tonnes de résine de cannabis en juin en Mauritanie, que les trafiquants entendaient exporter du Maroc via le poste- frontière de Bir Guendouz ou encore la saisie de 1.250 kg de résine de cannabis, par les Forces armées Royales, fin août à 160 km d'Erfoud vers l'Est.
Pour le trafic de psychotropes, qui s'est soldé par la saisie de 41.880 unités saisies et l'interpellation de 1.119 individus, le marché national continue d'être alimenté principalement à partir du territoire algérien, alors que le détournement du circuit légal national se situe en seconde position, comme source d'approvisionnement.
De même, la région Est du Royaume continue de constituer la plaque tournante du trafic desdits produits dans la mesure où elle abrite les réseaux intermédiaires entre les fournisseurs en Algérie et les distributeurs au niveau du territoire national, notamment les villes de Casablanca, Rabat, Tanger, Meknès et El Jadida qui accusent, d'après les statistiques sectorielles enregistrées, le taux le plus élevé de la demande (consommation) et de la vente en détail (trafic).
Pour l'héroïne, le trafic se concentre dans les régions de Tétouan, Nador et Tanger et les saisies globales opérées dans ce domaine ont été destinées au trafic international (01 kg 652 gr), le trafic local (03 kg 797 gr) et à la consommation (23 gr).

Libe libe
Vendredi 2 Janvier 2009

Lu 1098 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs