Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le candidat FPÖ assure être prêt à renommer un chancelier social-démocrate en Autriche

Norbert Hofer met de l’eau dans son vin et considère possible l'intégration des quelque 90.000 migrants arrivés l'an passé




Norbert Hofer, candidat du parti d'extrême droite FPÖ arrivé largement en tête de l'élection présidentielle autrichienne, a assuré jeudi être disposé à nommer à nouveau un social-démocrate (SPÖ) à la chancellerie si l'actuel titulaire du poste, Werner Faymann, devait être remercié. Les principaux dirigeants du SPÖ doivent se réunir lundi pour réfléchir à l'opportunité de convoquer un congrès exceptionnel au cours duquel M. Faymann pourrait être désavoué en tant que chef du parti et perdre ipso facto la chancellerie, après la défaite historique du parti au premier tour de la présidentielle (11,3%).
Si un tel scénario se produisait après son éventuelle prise de fonctions le 8 juillet, M. Hofer adouberait le nouveau chancelier proposé par le SPÖ, premier parti au parlement, a-t-il assuré dans une interview à l'agence autrichienne APA jeudi. "Je le ferai dans tous les cas, car il est aussi de mon intérêt que l'Autriche soit mieux gouvernée", a déclaré le candidat FPÖ, en rappelant que la Constitution stipulait que le choix du chancelier relevait "des partis élus" au parlement, par ordre d'importance.
Avec ces propos, Hofer semble nuancer des déclarations qu'il avait tenues avant le premier tour, où il avait menacé de révoquer le gouvernement voire de dissoudre le parlement s'il était élu. Ces prérogatives formelles du président de la République autrichienne n'ont jusqu'à présent jamais été utilisées à des fins politiques. Arrivé largement en tête du premier tour avec 35% des voix, le candidat d'extrême droite est donné favori pour l'emporter le 22 mai. Mais il doit pour cela séduire une partie de l'électorat modéré s'il veut l'emporter face à l'écologiste centriste Alexander Van der Bellen (21,3%). Dans son interview à l'agence autrichienne, Hofer a à cet effet pris ses distances avec le mouvement des Identitaires et avec leurs proches au sein du FPÖ, soulignant ne vouloir "rien avoir à faire avec eux".
Il a également affirmé son attachement à l'appartenance de l'Autriche à l'Union européenne, sans toutefois exclure un référendum d'initiative populaire sur la question.
Enfin, Hofer a dit considérer comme possible l'intégration des quelque 90.000 migrants arrivés en Autriche l'an passé, à condition qu'il n'y ait plus d'arrivées massives. "Je pense qui si nous faisons tout pour que les gens qui sont en Autriche s'intègrent, c'est encore possible. Mais si nous en prenons encore 90.000 puis encore 90.000, ce ne sera plus rattrapable", a-t-il estimé.

 

Vendredi 6 Mai 2016

Lu 753 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs