Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le calvaire des retraités d’Altadis se poursuit




Le calvaire des retraités d’Altadis se poursuit
Les retraités d'Altadis Maroc, filiale d'Imperial Tobacco, ne profiteront nullement de leur retraite.  Ils sont encore en conflit avec leur ancien employeur et avec la justice. Leur calvaire qui  perdure  donc depuis plus d’une décennie n’est pas près de prendre fin.   
Le problème principal concerne les prélèvements fiscaux appliqués aux indemnités de départ volontaire, la dotation gratuite des cigarettes ainsi que la réduction des pensions de retraite.
Les retraités, au nombre de 1400, reprochent à la société  son refus d'exécuter les jugements prononcés en leur faveur et ses tentatives d'entraver le prononcé  de jugements identiques dans les affaires en cours.   
A partir de 2004, Altadis  a procédé à une vaste opération de licenciement de ces  1400 cadres et employés, déguisée en départ volontaire avec des indemnités des plus dérisoires et des prélèvements illégaux effectués sur leurs pensions qui sont loin de satisfaire leurs besoins et ceux de leurs familles.
Convaincus de la légitimité de leur cause, ces retraités ont obtenu gain de cause après un long combat  judiciaire. Les jugements prononcés en leur faveur  condamnent la société à leur restituer intégralement les prélèvements fiscaux dus, à leur concéder le droit de dotation gratuite des cigarettes et à leur octroyer le droit de bénéficier d'une pension complète à partir de la date de leur départ à la retraite. Croyant enfin pouvoir  bénéficier de leurs droits, ils découvrent que cette situation  a été malheureusement de courte durée. Et pour cause : Altadis  refuse d’exécuter les jugements  et ses avocats n’ont eu de cesse d’engager des procédures pour en retarder l’application, recourant en cela à toutes sortes de  tentatives et manœuvres pour faire avorter l'application de la loi.
Pour justifier son refus, Altadis avance un argument peu convaincant voire infondé. A l’en croire, le cigarettier risquerait apparemment  la faillite, en cas d’application de ces jugements. Mais de qui se moque-t-on ?  Il n’est un secret pour personne que  le chiffre d’affaires d'Altadis Maroc, filiale d'Imperial Tobacco,  sur dix ans, montre bien que sa santé financière est  plus qu’excellente. Avec un réseau de plus de 24.000 débitants répartis à travers le Royaume, l'opérateur historique semble indétrônable.
 Il y a lieu de rappeler que ces retraités qui ne demandent que leur droit à une retraite décente et paisible ont organisé une série de protestations et tenu nombre de sit-in pour faire valoir leurs revendications, pourtant légitimes. Mais, malheureusement, Altadis persiste à faire la sourdre oreille et à nier les droits de centaines d’employés et cadres qui, des décennies durant, se sont dépensés à fond  au service de la défunte Régie des Tabacs ou l’actuelle Altadis.
Ces retraités qui vivent dans des situations des plus déplorables, placent tous leurs espoirs dans les juges de la Cour de cassation pour faire valoir leurs droits et mettre fin à l’injustice dont ils sont victimes depuis une décennie.
Walid Doukkali

Libé
Mardi 3 Décembre 2013

Lu 560 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs