Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

«Le califat imaginaire d’Ahmad Al-Mansur: pouvoir et diplomatie au Maroc au XVIe siècle» de Nabil Mouline

Au fondement de la monarchie marocaine




Dans son nouvel ouvrage intitulé «Le califat imaginaire d’Ahmad Al-Mansur : pouvoir et diplomatie au Maroc au XVIe siècle» (Presses universitaires de France, 2009), Nabil Mouline nous propose une étude historique sur les origines de la monarchie marocaine, les fondements de sa légitimité et sa politique étrangère.
L’auteur, docteur en histoire et diplômé de l’Institut d’études politiques de Paris, est  chercheur à Sciences Po Paris.
Née dans les années ambiguës des débuts de la modernité, la dynastie chérifienne évolua dans un monde en transition. Pour se faire une place dans un espace marocain fragmenté et en proie aux convoitises ibériques et ottomanes, les souverains de la dynastie durent adopter un système de légitimation sans faille, créer des institutions efficaces et mener une activité diplomatique énergique dans le but d’asseoir leur pouvoir au Maroc, préserver l’indépendance du sultanat et mener une politique impériale.
Pour réaliser ce projet triptyque, le sultan-Sharîf Ahmad al-Mansûr (1578-1603) adapta, pour mieux l’adopter, l’idéologie califale, la monarchie universelle islamique, unique « récipient » idéologique et institutionnel dans lequel il pouvait puiser pour faire le plein de force sacrée. Il utilisa à cet effet un dispositif symbolique implacable qui requit l’adoption d’un système de croyances et de concepts producteurs de légitimité, d’un cérémonial syncrétique et d’insignes du pouvoir «scripturaires».
Sur le terrain, Al-Mansûr dut tantôt dynamiser les institutions administratives, financières et militaires existantes, tantôt réformer le système en créant de nouvelles institutions inspirées des modèles ibérique et ottoman.
En matière de diplomatie, le sultan n’eut rien à envier à ses contemporains.
Jouant sur la rivalité hispano-ottomane, il garantit tout d’abord la sécurité de son trône vis-à-vis de la Porte, puis il s’éloigna de l’Espagne pour se rapprocher des pays protestants, dans le but de neutraliser le royaume ibérique et pouvoir entamer ses conquêtes sahariennes. Il voulut alors réaliser son projet de califat occidental en s’emparant de l’Empire songhay, et se prit à rêver d’une conquête andalouse… et même de la conquête du Nouveau Monde.
«Le califat imaginaire d’Ahmad Al-Mansur : pouvoir et diplomatie au Maroc au XVIe siècle » est en librairie depuis le 20 mai 2009.


L
Mercredi 27 Mai 2009

Lu 295 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs