Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le boycottage du Parlement par l’opposition pose problème : La crise politique albanaise inquiète l’Union européenne




La crise politique en Albanie commence à inquiéter l’Union européenne. Pièce maîtresse de la stabilité dans le sud des Balkans, tant au Kosovo qu’en Macédoine où vivent de nombreux Albanais, Tirana chancelle sous les méchants coups que se portent son premier ministre, Sali Berisha, et son principal opposant socialiste, Edi Rama. Les deux hommes s’invectivent et multiplient les attaques personnelles dans les médias, faute de pouvoir s’écharper au Parlement, boycotté par le leader du PS, qui est aussi le maire de la capitale. Il n’y siège pas lui-même et il interdit aux députés de son parti d’y siéger. Depuis début septembre, quasiment la moitié des parlementaires élus en juin dernier désertent ainsi l’Assemblée nationale. Or, répètent les diplomates de l’Union européenne, le bon fonctionnement des règles démocratiques est un préalable à l’adhésion à l’UE que souhaite Tirana et que Bruxelles encourage.
Rama n’arrive toujours pas à digérer sa défaite de juin dernier. Son Parti socialiste n’a obtenu qu’un siège de moins que le Parti démocratique du premier ministre sortant, Berisha. Et celui-ci n’est parvenu à constituer une majorité que grâce au soutien de quatre députés du Mouvement socialiste de l’intégration d’Ilir Meta, un ancien partenaire de Rama, qui se dit toujours de gauche mais s’est rallié, comme ministre des Affaires étrangères, au pouvoir de droite. «Rama a voulu battre et Berisha et Meta : il a échoué», constate un diplomate européen en poste à Tirana.
Aujourd’hui, le maire de Tirana adopte une ligne politique curieuse. «Je ne conteste pas le résultat des élections, dit-il dans un français parfait, mais je veux que l’on recompte des bulletins, car il y a toujours eu des problèmes de corruption électorale en Albanie.» Tout en se déclarant «ouvert à une coopération avec l’opposition», Berisha s’oppose à la réouverture des urnes. Il nie avec d’autant plus de force avoir triché que l’OSCE et les observateurs européens ont validé les législatives de juin.
De passage à Tirana, jeudi et vendredi derniers - la première visite officielle d’un ministre français depuis plus de dix ans -, Pierre Lellouche, en charge des Affaires européennes, a appelé au «dialogue» et au retour «aux principes de base de la démocratie». Plaidant pour la fin du «boycott le plus vite possible», il a souligné avec force que l’Union européenne ne pourrait accueillir en son sein que des «systèmes dé mocratiques qui fonctionnent» et qui «ne sont pas pris en otage par les calculs politiques de tel ou tel».
Carl Bildt, ministre suédois des Affaires étrangères, dont le pays préside l’Union européenne jusqu’à la fin de l’année, avait précédemment affirmé son «espoir que les hommes politiques albanais trouvent un accord s’ils veulent bien diriger leur pays vers l’Union européenne». L’avertissement a eu peu d’effet, et Pierre Lellouche a cru bon d’enfoncer le clou.


D’après Le Figaro
Mercredi 16 Décembre 2009

Lu 241 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs