Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le big bang du cricket international




Le cricket, sport aux règles aussi immuables qu'absconses pour les profanes, vivra ce vendredi en Australie l'une des plus  grandes révolutions de son histoire centenaire: un match international en  nocturne, avec une balle rose et non plus rouge. Les puristes ont beau hurler à l'hérésie, la fédération australienne  Cricket Australia est convaincue que ce big bang est crucial pour relancer  l'intérêt, notamment chez les plus jeunes, pour les rencontres internationales. Car 138 ans après ce qui est considéré comme le match fondateur entre une  sélection anglaise et des joueurs australiens, ce vénérable sport n'a pas bougé  d'un iota dans sa forme internationale la plus pure, celle du test-cricket. Une rencontre internationale -ou "test-match"- se joue pendant des heures à  la lumière du jour, sur cinq journées. Une durée prohibitive, même pour ses  inconditionnels. D'autant qu'une telle rencontre se déroule souvent sur cinq  tests-matches, soit un maximum de 25 jours.
"Nous comprenons que nous devons décaler le spectacle à des heures plus  propices", concède James Sutherland, patron de Cricket Australia.
"J'adore toutes les formes de cricket mais mon format préféré est celui du  test-cricket. Or, franchement, si nous ne faisons rien, nous risquons de  l'enterrer."
Admirative de la popularité des compétitions de "Twenty20", disputées sur  un format beaucoup plus court et dynamique, Cricket Australia a eu l'idée  -révolutionnaire- de faire jouer partiellement les test-matches en nocturne.
Aujourd’hui à Adelaïde (ouest), pour la première fois, l'Australie affrontera  la Nouvelle-Zélande entre 14H00 et 21H00 locales, pour la première manche du  troisième test-match entre les deux voisins.
Cette initiative n'est à ce stade qu'un essai. Mais à en croire Cricket  Australia, le nouvel horaire est déjà payant car les billets partent comme des  petits pains. Une demande comparable à celle pour les fameux "Ashes", la Roll's  des rencontres de cricket qui oppose l'Angleterre et l'Australie.
En contraste, les deux premiers tests-matches de cette série entre  l'Australie et la Nouvelle-Zélande se sont déroulés dans une atmosphère lugubre  dans des stades vides à Perth (ouest) et Brisbane (est).
Cette révolution a un corollaire qui hérisse aussi le poil des puritains de  ce sport de gentlemen qui disputent invariablement les test-matches en costume  blanc. Comme il n'était plus possible de garder la fameuse balle rouge -difficile  à voir sous un éclairage artificiel- Cricket Australia a opté pour le rose.
Kookaburra, le fabricant australien, affirme que la seule nouveauté est une  infime couche de peinture sur la balle, qui a été l'objet des tests les plus pointus.
Certains joueurs se sont plaints que la trajectoire de la nouvelle balle  soit plus difficile à appréhender. Cela ne changera rien pour les béotiens mais pour les spécialistes, cela pourrait bouleverser la tactique.
 

Vendredi 27 Novembre 2015

Lu 88 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs