Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le besoin de financement du Trésor réduit à 53,9 MMDH




Le besoin de financement du Trésor réduit à 53,9 MMDH
Le besoin de financement du Trésor s’est établi à 53,9 milliards de dirhams (MMDH) à fin novembre 2014, contre 55,4 MMDH durant la même période une année auparavant, soit une baisse de 2,7%, selon Bank Al Maghrib (BAM).
Cette amélioration est attribuable notamment à la réduction des arriérés de paiement pour un montant de 4,4 MMDH, ramenant leur stock à fin novembre 2014 à 12,9 MMDH, explique la Banque centrale dans sa revue mensuelle de la conjoncture économique, monétaire et financière du mois de janvier 2015.
Outre la recette de privatisation de 2 MMDH et compte tenu d’un flux net extérieur positif de 7,7 MMDH, le Trésor a levé des fonds sur le marché intérieur d’un montant total de 44,1 MMDH, en baisse de 3,7 MMDH. Les données font également ressortir un accroissement de 3,5% des dépenses globales, reflétant principalement la hausse de 20,3% des dépenses des autres biens et services et de 10,1% des investissements, alors que la charge de compensation a été en baisse de 17,7%.
Ainsi, le solde ordinaire a connu un allègement de 3,9 MMDH par rapport à la même période de 2013, précise la même source.
A fin novembre 2014, l’encours de la dette intérieure s’est élevé à 423,8 MMDH, en hausse de 2,3% par rapport à son niveau à fin décembre 2013. Ceci s’explique par le recours du Trésor au marché des adjudications pour un montant net de 9,2 MMDH, au lieu de 55,9 MMDH un an auparavant, résultant de souscriptions pour 99,7 milliards et de remboursements pour 90,5 milliards.
Au niveau des conditions monétaires, les facteurs autonomes de liquidité bancaire ont exercé en décembre un effet expansif de 5,5 MMDH sur les trésoreries bancaires, en relation principalement avec l’augmentation de 5,3 MMDH des réserves de change de BAM.
Compte tenu également de la hausse de 100 millions de dirhams du montant minimum de la réserve monétaire, le besoin en liquidités des banques s’est établi à 38,2 MMDH en décembre dernier. Ainsi, Bank Al-Maghrib a injecté un montant de 41,9 MMDH, dont 23 MMDH à travers les avances à 7 jours et 18,9 MMDH par des prêts dans le cadre du programme de soutien au financement de la très petite et moyenne entreprises (TPME).
S’agissant des agrégats monétaires, les données du mois de novembre font ressortir une accélération d’un mois à l’autre du rythme de progression de la masse monétaire de 5,1% à 5,8%. Cette évolution s’explique principalement par l’augmentation de 7,8% des comptes à terme après 3,1%, alors que le rythme de croissance de la monnaie fiduciaire s’est stabilisé à 3,5% et celui de la scripturale est revenu de 5,8% à 5%.
Par ailleurs, compte tenu d’une amélioration de 5 % de l’épargne brute et d’une diminution de 6,8% de l’investissement à prix courants, le besoin de financement de l’économie s’est réduit à 5% du PIB au troisième trimestre 2014, contre 8,7% un an auparavant.

Mardi 20 Janvier 2015

Lu 459 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs