Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le beau temps est là, les allergies aussi

La désensibilisation s’avère un long parcours de combattant




Le beau temps est là, les allergies aussi
Nez qui coule, gorge qui gratte, yeux rouges,  difficultés respiratoires,  quintes de toux ou encore troubles du sommeil, ne serait-il pas plus sage de pousser la porte d’un allergologue ?  Et pour cause, ce sont là les  symptômes de l’allergie printanière. Elle s’invite avec les beaux jours. Elle suppose l’existence d’une prédisposition génétique ou d’un terrain allergique, d’où la notion d’hérédité de l’allergie dans environ 30 à 50% des cas selon qu’un parent ou les deux seraient porteurs.
Dès que les signes d’une allergie se font sentir, il faut réagir rapidement, recommandent les spécialistes, car une allergie non prise en charge a tous les risques de s’aggraver“. Quoi qu’il en soit, les cabinets de médecins ne désemplissent pas. Comme Nadia, bon nombre de malades prennent leur mal en patience dans ce grand cabinet de la place. Elle est devenue une habituée des lieux. Et pour cause, il y a deux années déjà qu’elle  a découvert son  allergie au pollen. «C’est très handicapant», avoue-t-elle, car je n’apprécie guère l’arrivée des beaux jours. Pour moi, le printemps rime avec difficultés respiratoires. Avant qu’on ait mis un nom sur ma maladie, je suffoquais en plein sommeil et me retrouvais aux urgences». Et d’ajouter :«Mon médecin m’a recommandé une désensibilisation. Certes, c’est très handicapant, car elle peut durer entre 2 et 5 ans mais apparemment  les résultats sont de l’ordre de 70%».
De quoi s’agit-il en fait ? La désensibilisation, aussi appelée immunothérapie spécifique ou de vaccinothérapie est aujourd’hui l’unique moyen de guérir les personnes allergiques. Comment ? En les habituant progressivement aux substances qui provoquent chez eux éternuements, conjonctivites et autres troubles. Comme l’expliquent les spécialistes, ce traitement s’applique prioritairement aux patients qui ont une gêne permanente, qui a tendance à s’aggraver ou encore lorsqu’il y a risque d’apparition d’un asthme. Il est proposé de même aux patients qui n’arrivent plus à contrôler leur allergie et doivent avoir recours à des traitements médicamenteux de plus en plus puissants. Il faut  souligner  également l’action préventive de la désensibilisation qui permet d‘éviter l’aggravation de la maladie chez les adultes comme chez les enfants, en empêchant notamment l’évolution vers un asthme.
Quid des malades qui peuvent en profiter ? Seuls les enfants de moins de 5 ans en sont exclus. Après, il n’y a pas d’âge limite, à partir du moment où le médecin n’y voit pas d’inconvénient. Et puis les spécialistes insistent sur le fait que c’est un traitement  qui doit se réaliser avec sérieux vu les contraintes de temps liées à son administration. 
Pour pallier les risques de pollinisation, autant faire se peut, il faut veiller au respect de certaines règles. Il est ainsi recommandé de maintenir les fenêtres fermées à la maison comme au travail, faire le ménage en dépoussiérant à fond le logement et éviter les zones riches en dioxyde de carbone. 
Vous voilà donc prévenus ! 

Nezha Mounir
Jeudi 17 Avril 2014

Lu 1017 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs