Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le baromètre des JO: soleil américain, éclaircie française et giboulées russes




Number one: les JO qui se sont achevés dimanche ont été marqués par la domination rayonnante des Etats-Unis et les performances britanniques et françaises, tandis que la Russie, douchée par le scandale du dopage, décline et que l'Australie continue de s'enfoncer dans les profondeurs.
Premiers à Londres (104 médailles, 46 titres), les Américains ont encore fait mieux: 46 sacres pour 121 breloques. La natation a été le plus grand pourvoyeur (33 dont 16 en or) avec comme contributeurs majeurs Michael Phelps et Katie Ledecky. Le plus grand champion olympique de l'histoire (28 médailles) s'en est encore mis six sous le bonnet (cinq titres) et la prodige de Washington cinq (quatre titres). L'athlétisme arrive juste derrière: 31 avec une Allyson Felix médaillée trois fois (deux titres).
Eux aussi font mieux qu'à Londres! Les Britanniques ramassent 67 médailles (27 en or) soit deux de mieux que chez la Reine (65 dont 29 titres). Les pistards ont tout raflé ou presque avec onze médailles, dont cinq or pour les amoureux Jason Kenny et Laura Trott.
La France au top. Dans le sillage de son porte-drapeau Teddy Riner, qui a conservé le titre des poids lourds en judo, la France réalise sa moisson la plus abondante de l'après-Guerre avec 42 podiums, record de Pékin battu (41), et bien mieux qu'à Londres (35). Les Bleus avaient pourtant pris un départ poussif, avec une seule médaille lors des trois premiers jours. Mais l'or s'est fait rare (10).
L'Allemagne, avec une bordée de récompenses en canoë-kayak, se stabilise (42 dont 17 en or) au niveau de Londres. Tout comme le Japon qui, avec ses douze médailles en judo, récolte 41 récompenses.
La Jamaïque, toujours impériale sur le sprint, reste au même niveau (11), grâce au gigantesque Usain Bolt et à la non moins titanesque Elaine Thompson. Il réalise son troisième triple 100-200-4x100 m, elle fait le doublé 100-200 m.
Neuf pays ont revêtu leur premières couronnes de laurier: le Tadjikistan (marteau), le Vietnam (pistolet), les Fidji (rugby à VII), Singapour (natation), Porto Rico (tennis), Bahreïn (athlétisme), la Jordanie, la Côte d'Ivoire (taekwondo) et le Kosovo (judo), pour sa première participation.
La Chine stagne au deuxième rang du total des médailles (70), mais elle est désormais troisième derrière les Britanniques en termes de métal précieux. C'est bien moins qu'à Londres cependant (88) et il y a une grande muraille entre Rio et Pékin (100). Les gymnastes n'ont rien gagné, pour la première fois depuis 1984. La natation, avec six médailles et un seul titre, a fait un grand bond en arrière.
Chez lui, le Brésil n'a pas fait franchement mieux qu'à Londres. Il s'est offert quelques sambas enflammées avec la judokate Rafaela Silva, le perchiste Thiago Braz et les volleyeurs de Wallace, mais le total (19) ne dépasse guère 2012 (17). Les Brésiliens, en revanche, ont dansé avec les titres, avec sept à Rio contre trois à Londres. Et puis, ils ont gagné l'or en foot. Alors le reste importe peu...
Médaillée vingt fois à Londres, l'Ukraine n'a grappillé que onze podiums et pas un en athlétisme, ni en boxe, ses habituels sports olympiques de prédilection.
Le Pays du Matin calme a eu une panne de réveil. La Corée du Sud a connu une quinzaine peu prolixe (21 médailles dont 9 en or) par rapport aux JO anglais (28 podiums dont 13 titres). Seuls les sports traditionnels coréens, le tir à l'arc (quatre titres sur quatre possibles) et le taekwondo (cinq médailles dont deux en or), ont sauvé le bilan.
Sur les bords de la Tamise, les Russes avaient fait fort avec 81 podiums dont 23 titres. Au pied du Corcovado, beaucoup moins: 56 dont 19 titres. Les scandales de dopage dans l'athlétisme, puis la publication du rapport McLaren le 18 juillet, ont eu raison de la délégation russe. Au total, 113 sportifs (dont 67 en athlétisme) ont été exclus. Les 276 restants ont quand même porté leur pays au 5e rang du tableau des médailles.
Enfin, l'Australie n'en finit plus de couler, entraînée vers le fond par une natation à la dérive. Depuis les Jeux de Sydney en 2000 (58 médailles), la pêche australienne se fait de moins en moins abondante: 50 à Athènes, 46 à Pékin, 35 à Londres. Et 29 à Rio...

Mardi 23 Août 2016

Lu 193 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs