Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le WAC et le MAT marquent leur territoire


Le Raja labouré à Agadir devant un HUSA euphorique



Le WAC et le MAT marquent leur territoire
Le MAT et le WAC, à la faveur de leur victoire sur respectivement l’OCK 1-0 à Khouribga et le CRA 3-0 à Casablanca se sont offert provisoirement la tête du championnat et mis la pression sur le KACM qui jouait hier dimanche le FUS à Rabat. 
Cette situation ils la doivent à leur succès, conjugué à la défaite du RCA qui a explosé 5-3 en soirée du samedi face au HUSA au Grand stade d’Agadir. Les quatre premières rencontres de la sixième journée se sont toutes soldées par des victoires et surtout ont été fructueuses puisque quatorze buts furent inscrits dont huit, rien qu’en terre soussie. 
A Khouribga, vendredi en ouverture dans le match au sommet de cette journée, l’OCK s’est fait piéger par un MAT, aussi réaliste qu’opportuniste. Le champion en titre s’est permis un joli hold-up sur un but d’Abdelmoula Hardoumi au bout de l’heure. C’est ce que l’on appelle faire d’un but deux coups, car le MAT, en plus d’avoir battu un adversaire direct, s’est aussi substitué à son vis-à-vis. Mais dans cette rencontre disputée et engagée on regrettera l’arbitrage qui a fait dans la compensation car le referee a refusé dans un premier temps un penalty valable pour l’OCK avec en bonus l’expulsion de Lahrari et accordé un penalty imaginaire  raté d’ailleurs par Laskri ou plutôt détourné par Yousfi. C’est du ‘’bis repetita placent’’ pour les Phosphatiers si l’on se fie à leur dernière sortie dans leur complexe face à la RSB 0-1. Le Moghreb de Tétouan quant à lui, est en train de soigner un statut de ‘’redoutable chez les autres’’ il a engrangé la moitié de son capital points lors de ses déplacements.
Le grand WAC n’a pas failli devant Madih & co à Casablanca et c’est sans peur, sans reproche et sans souci aucun qu’il est arrivé à se défaire et avec la manière du CRA qui a paru bien frêle samedi dans un complexe bien empli par un public enthousiaste tout acquis et pour la bonne cause (Aït Laarif) et ce, malgré la concurrence du clasico.  Les deux buts inscrits par le feu follet Reda Hajhouj, à la demi-heure de jeu et en fin de mi-temps ont été fatals aux Rifains qui n’en eurent du coup plus de répondant. Et quand le Sénégalais Kader Fall y a mis du sien à un quart d’heure de la fin, c’en était vraiment fini d’Al Hoceima qui ne fit plus guère que dans la figuration. 
Mais le match des matches c’est bien celui qui eut lieu au Grand stade d’Agadir entre le Hassania local et le Raja. C’était sublime ! Et si le HUSA a remporté haut la main le duel des titans, il le doit aussi au fait d’avoir eu en face un bel adversaire le RCA qui malgré l’ampleur de la défaite (5-3) sera resté dangereux tout au long d’une rencontre à suspense, animée, emballée et au rythme fou, fou, fou… C’est le RCA qui a dégainé en premier quand en une minute par Lys Mouithys dans la première dizaine de minutes il a titillé par deux fois l’orgueil soussi. Le HUSA qui perdait dans la foulée Koné, blessé, se mit à sonner frénétiquement le tocsin et le RCA alors et à ses dépens découvrait les talents d’un Badie Aouk, auteur d’un doublé pour revenir au score et de deux passes décisives pour prendre les devants par Abdelhafid Lirki et Karim Berkaoui à 4-2. En fin de partie, un sursaut d’orgueil fit ramener l’espoir chez les Verts quand le capitaine Ismaïl Belmaalem inscrivait un heading mais c’était sans compter sur la vivacité offensive soussie qui se permit de piéger l’ardeur de Said Fettah. Et le HUSA d’obtenir dans le temps mort un penalty que l’autre Ismaïl, Haddad celui-là, d’un contre-pied transformait. On en redemande ! Le HUSA en est devenu l’attaque la plus généreuse (13 buts) mais aussi et du même chiffre, un peu comme la saison passée, la défense la plus perméable. Le Raja, quant à lui en perd sa casquette de coleader pour une cinquième place à deux longueurs des nouveaux meneurs le MAT et le WAC.
Enfin, le KAC jouait son homonyme le CAK et en un match tout particulier puisqu’il mettait aux prises Hicham El Idrissi à ses anciens poulains. Le maître eut vite fait d’avoir raison de ses anciens élèves. La punition fut sans équivoque 3-0 et en vingt minutes, la messe fut dite, les Gharbaouis menant déjà de deux buts par  Redouane Karaoui et Razak Omotoyossi, Imad Oumghar corsait l’addition à vingt minutes du terme de la partie. Comme dirait la chanson “hard times are coming” pour les Zayanis qui concèdent leur troisième défaite d’affilée et au petit jeu de “qui n’avance pas recule”, ils en dégringolent au classement et charrient les bas fonds du tableau au contraire du KAC qui se donne une bonne bouffée d’oxygène. 


Mohamed Jaouad Kanabi
Lundi 27 Octobre 2014

Lu 961 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito









www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs