Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le Venezuela s’apprête à tourner l’ère d’Hugo Chavez avec la présidentielle de dimanche


Le candidat désigné du «Comandante » Nicolas Maduro part avec les faveurs du pronostic



Le Venezuela s’apprête à tourner l’ère d’Hugo Chavez avec la présidentielle de dimanche
Les Vénézuéliens vont tourner la page de l'après-Hugo Chavez lors de la présidentielle de dimanche au Venezuela, où son dauphin Nicolas Maduro part favori face au chef de file de l'opposition Henrique Capriles, confronté à l'aura quasi-religieuse du charismatique dirigeant défunt.
Le spectre du champion de la gauche latino-américaine, terrassé par un cancer le 5 mars dernier, n'a cessé de planer durant une campagne éclair, marquée par des échanges houleux dans un pays profondément divisé après 14 ans de "révolution socialiste" et plongé dans la crise.
Investi par son mentor avant son décès, Maduro, un ancien dirigeant syndical de 50 ans, chef de la diplomatie durant six ans et actuel président par intérim, a exhorté ses partisans à exaucer les derniers souhaits du "Comandante", qui n'a pu accomplir son mandat de six ans après avoir battu M. Capriles à la présidentielle d'octobre dernier (55% contre 44%).
Crédité d'une avance d'environ dix points selon un récent sondage, cet homme de 50 ans à la carrure épaisse a multiplié les attaques contre les "bourgeois" et la "droite fasciste", invoquant des "plans de déstabilisation" et la menace de son assassinat, avec la complicité des Etats-Unis, l'ennemi "impérialiste".
Promettant d'être "le président des pauvres", Maduro a accusé son adversaire de vouloir supprimer les "missions bolivariennes", les programmes sociaux financés par la rente pétrolière, seule ressource du pays doté des plus grandes réserves de brut au monde.
Un argument vivement démenti par M. Capriles, jeune avocat de 40 ans au physique élégant, qui a exhorté les électeurs à résister aux "tentatives d'intimidation" et promis de mettre fin aux privilèges des "pistonnés", une formule qui a fait depuis florès.
Cet adepte de la social-démocratie, qui dit être "non pas l'opposition mais la solution", prône le retour de l'économie de marché et la fin des "cadeaux" offerts aux alliés afin d'ouvrir "un nouveau cycle". En ligne de mire, notamment, l'île communiste de Cuba, bénéficiaire de plus de 100.000 barils de pétrole quotidiens.
Outre la lourde tâche de succéder à Hugo Chavez, le vainqueur du scrutin de dimanche héritera aussi d'une économie très fragile, aux inquiétants indicateurs, un déficit explosif (15% du PIB) et l'inflation la plus forte d'Amérique latine (plus de 20%).

AFP
Samedi 13 Avril 2013

Lu 0 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs