Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le Tunisien arrêté en Allemagne suspecté dans l'attaque du musée du Bardo de Tunis

Création d'une commission d'enquête parlementaire sur les filières jihadistes en Tunisie




Le ressortissant tunisien, suspecté de vouloir préparer un attentat en Allemagne et arrêté mercredi, était recherché en Tunisie pour son rôle présumé dans les attaques jihadistes du musée du Bardo et de la ville de Ben Guerdane, a annoncé le parquet allemand.
En Tunisie, le suspect "fait l'objet d'une enquête pour sa participation à la planification et à la mise en oeuvre de l'attentat du musée du Bardo le 18 mars 2015 et de l'attaque contre la ville tunisienne frontalière (de la Libye) de Ben Guerdane début mars 2016", a indiqué le parquet de Hesse dans un communiqué, accusant l'individu non identifié de 36 ans d'agir pour le compte du groupe jihadiste Etat islamique.
Les enquêteurs allemands le soupçonnent d'avoir été un "recruteur et passeur pour le groupe terroriste étranger qui s'est auto-proclamé Etat islamique" et d'avoir monté un "réseau de soutien" à cette organisation en Allemagne.
Son objectif était d'y commettre une attaque mais "ce projet d'attentat en était encore à ses prémices, en particulier, aucune cible concrète n'avait été déterminée".
Son arrestation mercredi à l'aube a eu lieu à l'issue d'une vaste opération policière qui a mobilisé 1.100 agents dans l'Etat-région de Hesse. Seize personnes âgées de 16 à 46 ans sont visées par cette enquête et 54 perquisitions ont été menées dans ce cadre.
Le principal suspect, après un premier séjour en Allemagne de 2003 à 2013, était revenu en Allemagne en tant que demandeur d'asile en août 2015, au pic de la crise migratoire européenne.
Comme dans le cas du Tunisien Anis Amri, auteur de l'attentat du 19 décembre 2016 à Berlin, la Tunisie n'avait pas donné suite à une demande de l'Allemagne de le renvoyer dans son pays.
Les refus réguliers de Tunis et d'autres pays du Maghreb de reprendre leurs ressortissants déboutés de leurs demandes d'asile constituent un sujet de tension croissant avec l'Allemagne à cause de l'attentat de Berlin mais aussi en raison de la vague d'agressions sexuelles commises à Cologne la nuit du Nouvel An 2015-2016 et attribuées par la police à des migrants nord-africains.
Les attaques du Bardo et de Ben Guerdane sont parmi les plus importants attentats jihadistes commis en Tunisie. Celle du musée en mars 2015, la première de cette ampleur, avait coûté la vie à 21 touristes étrangers et un policier tunisien.
La ville frontalière avec la Libye de Ben Guerdane avait, elle, été attaquée en mars 2016 par des dizaines de jihadistes mais la riposte des forces de l'ordre a largement été saluée comme un succès. Le 7 mars, 55 assaillants au moins y avaient été tués ainsi que 13 membres des forces de l'ordre et sept civils.
Par ailleurs, les députés ont voté mardi à Tunis la création d'une commission d'enquête parlementaire sur "les filières de recrutement" de Tunisiens au profit d'organisations jihadistes, en plein débat sur un éventuel retour de ces ressortissants dans leur pays.
La Tunisie est l'un des principaux pays à avoir été touchés par le phénomène ces cinq dernières années, avec plus de 5.000 ressortissants ayant rejoint des groupes jihadistes à l'étranger selon un groupe de travail de l'ONU, près de 3.000 d'après les autorités tunisiennes.
Un débat agite actuellement le pays sur la perspective de leur retour, et un millier de personnes ont manifesté début janvier à Tunis pour exprimer leur opposition catégorique. Un nouveau rassemblement est prévu samedi.
Dans ce contexte, les députés ont voté mardi en faveur de la création d'une commission d'enquête sur les conditions de leur enrôlement, par 132 voix pour (une abstention et une contre).
Selon le règlement de l'Assemblée des représentants du peuple (ARP), les commissions d'enquête parlementaires sont constituées de 22 députés, qui disposent de toute latitude pour interroger les parties concernées.
Un rapport doit être remis au terme des travaux et discuté en séance plénière. Aucune date n'est pour l'heure connue.

Jeudi 2 Février 2017

Lu 621 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito









Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs