Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le Soudan Sud toujours sous tension

Explosions à Juba et négociations à Addis-Abeba




Le Soudan Sud toujours sous tension

Des pourparlers directs entre belligérants au Soudan du Sud étaient attendus dimanche à Addis Abeba, après une première rencontre samedi qui n’a pas fait cesser la violence sur le terrain où des tirs d’artillerie ont retenti à proximité du palais présidentiel à Juba.
Ces négociations, censées mettre fin à près de trois semaines de combats ayant fait des milliers de morts au Soudan du Sud - la plus jeune nation du monde -, devaient débuter ce dimanche à 12H00 GMT à Addis Abeba, selon la porte-parole du ministère éthiopien des Affaires étrangères, Dina Mufti.
A Juba, capitale du Soudan du Sud, des explosions et d’intenses échanges de tirs ont résonné samedi soir dans le quartier où est notamment situé le palais présidentiel, le parlement et la plupart des ministères, a constaté un journaliste de l’AFP.
Juste auparavant, le ministre éthiopien des Affaires étrangères, Tedros Adhanom, déclarait à Addis Abeba que le «souhait de tous» était que «les négociations directes vers la paix au Soudan du Sud, qui sont officiellement ouvertes, soient un succès».
De son côté, l’Union européenne a «salué» samedi soir la tenue de ces «pourparlers». «Nous demandons au gouvernement de créer les conditions d’un débat politique ouvert qui passe par la libération accélérée de tous les dirigeants politiques détenus à Juba», a indiqué un porte-parole de la chef de la diplomatie européenne, Catherine Ashton.
Le conflit au Soudan du Sud - dont l’économie repose entièrement sur l’exploitation du pétrole -, qui a démarré le 15 décembre entre les unités de l’armée fidèles à M. Kiir et la rébellion soutenant M. Machar, aurait déjà fait des milliers de morts et 200.000 déplacés.
Les combats ont commencé quand M. Kiir a accusé M. Machar - limogé de son poste en juillet 2013 - d’avoir tenté un coup d’Etat. M. Machar a rejeté cette accusation, reprochant au président d’avoir voulu éliminer ses rivaux. La rivalité politique se double d’un conflit entre ethnies.
Des violences ont éclaté à travers le pays, les rebelles prenant le contrôle de plusieurs régions du nord, riches en pétrole.
Les conflits dans ce pays enclavé de près de 11 millions d’habitants ont forcé environ 200.000 personnes à fuir leurs foyers et «touché indirectement plusieurs centaines de milliers de personnes», a déclaré le coordinateur humanitaire de l’ONU au Soudan du Sud, Toby Lanzer. Selon l’ONU, des dizaines de milliers de personnes ont cherché refuge auprès des Casques bleus.
L’ONU a rappelé qu’il était impératif pour les belligérants de protéger les civils. Les forces de maintien de la paix des Nations unies ont déclaré cette semaine que des atrocités continuent à être perpétrées dans ce pays qui a obtenu son indépendance en 2011.
Les combats revêtent une dimension tribale, exacerbant les antagonismes entre Dinka, tribu de M. Kiir, et Nuer, celle de M. Machar.

AFP
Lundi 6 Janvier 2014

Lu 63 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs