Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le Sénat belge rejette une résolution sur le Sahara marocain : Les séparatistes essuient un nouvel échec diplomatique




Le Polisario vient d'essuyer, une fois de plus, un camouflet dans l'une de ses vaines tentatives de déstabilisation du Royaume. En effet comme d'accoutumée, à chaque fois qu'un round de pourparlers est annoncé, les séparatistes tentent de faire adopter çà et là, à travers divers ONG, parlements ou sénats européens, des résolutions qui les désigneraient en victimes. Mais cela ne fonctionne guère et le dernier effort du genre a lamentablement foiré.  
Après avoir vu leur volonté échouer dans le sens  propre du terme face à la France et l'Allemagne à travers son Bundestag (Parlement) qui ont réitéré leur soutien au plan d'autonomie proposé par le Maroc, voilà que les séparatistes via un parti d'extrême droite flammand s'essayent au sénat belge. Mais le projet  à peine déposé devant la Commission des Relations extérieures et de Défense au sénat belge a vite fait d'être  rejeté, mardi dernier à Bruxelles et ce, sans même que la résolution hostile à la marocanité du Sahara présentée par le Parti nationaliste non gouvernemental, d'extrême droite flamand de la N-VA, ne soit soumise au vote.  Aussi bien la gauche que la droite belges ont qualifié l'action du parti N-VA d'entrave au rôle constructif que veut jouer la Belgique pour le règlement du dossier du Sahara marocain. La  représentation du ministère des Affaires étrangères rappelant même la position officielle du gouvernement belge qui s'aligne sur celui de la France et de l'Allemagne et qui soutient l'action de l'ONU, tendant vers un plan d'autonomie que le Maroc n'a jamais cessé de proposer.Par ailleurs, les sénateurs belges n'ont vu dans le projet du parti émissaire du Polisario que de la partialité et du blabla idéologique bien loin d'une réalité de terrain et que même proposé une seconde fois, il n'avait aucune chance d'aboutir. Voilà donc, après le Bundestag qui s'est abstenu de donner une suite à une motion de Die Linke à la suite des évènements de Gdeim Izik, voilà qu'un autre parti européen, d'extrême droite celui-ci, se voit opposer un refus net et clair pour des raisons qui n'apportent aucune valeur ajoutée au mécanisme de résolution de la question du Sahara.  D'un autre côté, le Maroc qui persiste à suivre les différentes phases du processus démocratique auquel il s'est engagé se voit conforter dans ses efforts par la communauté internationale.

Mohamed Jaouad Kanabi
Jeudi 26 Janvier 2012

Lu 824 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs