Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le Salon de la Kafala et de la petite enfance tient sa quatrième édition

Les 21 et 22 décembre à Rabat




Le Salon de la Kafala et de la petite enfance tient sa quatrième édition
Et de 4. Le Salon de la petite enfance et de la Kafala tient une nouvelle édition. C’est la ville de Rabat qui a été choisie cette année pour accueillir cette manifestation, et ce, le 21 et 22 décembre prochain. L’occasion pour l’Association Bébés du Maroc, initiatrice de cet événement, de sensibiliser encore une fois les Marocains à toute l’importance que revêt la Kafala (tutelle légale) pour bon nombre d’enfants qui se retrouvent pour une raison ou pour une autre, privés de leurs parents.  Deux jours durant, des spécialistes de la question essayeront, autant faire se peut, de vulgariser cette procédure certes compliquée en aidant les personnes concernées à y voir plus clair.
Pour ce, un programme riche a été concocté par les organisateurs. Ainsi la première journée verra la tenue  de deux conférences. Les débats porteront tout d’abord sur «La loi de la Kafala, état des lieux et évolutions ». Quant à la conférence suivante, elle aura pour thème «La Kafala au sein de la famille : une nouvelle forme de cette procédure»
Pour rendre les échanges encore plus constructifs, des ateliers seront organisés lors de la seconde journée. Plusieurs problématiques y seront évoquées.  Il s’agira dans un premier temps  de se pencher sur la problématique des enfants à besoins spécifiques et abandonnés. Ensuite, toute la lumière sera faite sur la situation des enfants makfouls par les institutions après 18 ans.  Et enfin il sera question du   contrôle et du suivi de ces enfants par des familles au Maroc et à l’étranger. Un besoin qui s’impose notamment après le débat suscité dernièrement par certains familles espagnoles qui ont dû se convertir à l’Islam pour adopter des enfants et les ramener en Espagne. En effet, d’après la loi marocaine, pour pouvoir accéder à la Kafala, les couples étrangers doivent absolument être musulmans de confession. S'ils ne le sont pas de naissance, ils peuvent toujours se convertir. Une étape que des dizaines de couples espagnols n’ont pas hésité à franchir, dans le seul but d'obtenir la tutelle d'un enfant. La presse notamment espagnole a fait chou gras du sujet et n’a pas manqué de rapporter des cas de  personnes dont le seul souhait est d’être parents. La Kafala constitue à ce stade une chance inespérée. Les enfants adoptés y trouveront également leur compte. D’après les statistiques relevées dans une enquête réalisée par l’Association Insaf, 153 bébés naissent chaque jour hors mariage dont 24 sont abandonnés. Une réalité effarante à plus d’un titre quand on pense au sort qui sera réservé à ces enfants. Des délinquants en puissance pour la plupart : abandon scolaire, enfants des rues…

Nezha Mounir
Mardi 26 Novembre 2013

Lu 689 fois


1.Posté par amel le 26/11/2013 21:01 (depuis mobile)
Jsuis une enfant qui a était adopté par kafala aujourd''''hui je vis très bien Hamdoulilah le seul problème aujourd8 c''''est que je ne peu pas obtenir ma nationalité française car la kafala n''''est pas valable ce n''''est pas une adoption l''''égale c l''''impasse

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs