Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le SNEsup menace de recourir à la grève

Un débrayage de 48 heures et un sit-in prévus au cas où Lahcen Daoudi continuerait à faire la sourde oreille




Le SNEsup menace de recourir à la grève
Le torchon continue de brûler entre le Syndicat national de l’enseignement supérieur (SNEsup) et le ministère de l’Enseignement supérieur. La Commission administrative du SNEsup a menacé à la fin de la semaine dernière d’observer une nouvelle grève dans le secteur au cas où le ministère de tutelle continuerait d’ignorer les revendications des enseignants depuis presque un an.
« ça traîne depuis un an », a déploré Abdelkrim Madoun, secrétaire général du SNEsup, dans une déclaration. Le syndicat a effectivement entamé un dialogue depuis un an avec le ministère de tutelle en vue de résoudre les problèmes dont souffre l’enseignement supérieur, mais les dirigeants du SNEsup se sont rendu compte que le ministère tergiversait et qu’il « n’a pas la volonté » de les résoudre. 
C’est pour cette raison que les enseignants ont observé avec succès une grève en février dernier pour attirer l’attention du ministère sur la gravité de la situation dans le secteur de l’enseignement supérieur et sur la nécessité de se mettre autour d’une table pour régler les problèmes. 
La fin du mois de mars, les deux parties se sont réunies à Rabat, mais apparemment les responsables du SNEsup sont sortis dépités de la réunion. 
La Commission administrative du SNEsup qui s’est réunie à la fin de la semaine dernière à la Faculté des lettres de Rabat a durci le ton et appelé à une nouvelle grève de 48 heures et à l’organisation d’un sit-in devant le siège du ministère de l’Enseignement supérieur à Rabat.
« La Commission administrative a décidé d’observer cette grève sans en préciser la date. C’est le Bureau national du syndicat qui en décidera plus tard », a expliqué Addelkrim Madoun. Et d’ajouter : « Tout dépend de la réaction du ministère et de sa volonté de répondre aux revendications légitimes des enseignants ».La Commission administrative du syndicat  a accusé le ministère de recourir à la politique du fait accompli tout en mettant en garde contre le bafouement par lui de toute  méthodologie participative et contre la recrudescence de la tension au sein des universités du Royaume.
L’une des principales revendications du SNEsup a trait au projet du ministère qui vise à « tuer » l’université publique marocaine. Sous prétexte que celle-ci ne produit que les diplômés chômeurs, le gouvernement veut la sacrifier sur l’autel des universités privées qui auront la possibilité d’octroyer des diplômes nationaux. « Cela signera l’arrêt de mort de l’université publique qui constitue la seule issue et le seul moyen de mobilité sociale pour les enfants issus des classes populaires et moyennes », a mis en garde le secrétaire général du Syndicat national de l’enseignement supérieur lors d’une conférence de presse tenue en février dernier.
En outre, les professeurs de l’enseignement supérieur protestent contre l’indifférence du ministère à l’égard du cahier revendicatif du Syndicat national de l’enseignement supérieur. Celui-ci exige que le ministère inclue les années passées au titre du service civil dans l’ancienneté, chose que ce dernier refuse de considérer jusqu’à présent.
 

Morad Tabet
Jeudi 10 Avril 2014

Lu 874 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs