Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le SNE déterminé à défendre l’école publique




Le SNE déterminé à défendre l’école publique
Réunir les conditions nécessaires et indispensables pour une adhésion effective  du personnel de l’Enseignement afin que l’école publique retrouve  son rôle dans le développement national, est le credo choisi par le Syndicat national de l’enseignement (SNE) pour cette année.  Décision a été prise à l’issue des travaux  du conseil national du SNE, affilié à la FDT, tenu dimanche et lundi à Casablanca.
Cette session, baptisée du nom du regretté Mohamed Touil, a été l’occasion de relever les multiples défaillances structurelles dont pâtit le secteur de l’Education nationale et de faire  part des revendications des enseignants.   
A l’ouverture des travaux, le secrétaire général du SNE, Abdelaziz Ioui, a fait un exposé portant sur nombre de questions  d’actualité notamment les répercussions du Printemps arabe, la campagne d’hostilité orchestrée  par l’Algérie contre le Maroc, le bilan de la première version du gouvernement Benkirane marqué par les hausses successives des produits de première nécessité et des carburants,  l’arrêt du dialogue social, les ponctions sur les salaires des grévistes, entre autres.
Dans le communiqué rendu public pour la circonstance, les membres du Conseil national annoncent qu’ils  sont tous unis pour défendre l’école publique, le corps enseignant, les libertés et les droits syndicaux et démocratiques. Une devise qui reproduit  exactement le thème du 10ème congrès organisé par le SNE  en février dernier à Marrakech.
Tout en appelant toutes les composantes démocratiques de la société à la constitution d’un front national syndical pour faire face aux atteintes portées aux  acquis  des Marocains et l’élaboration d’alternatives démocratiques, le SNE refuse que le gouvernement gère la crise économique au détriment de la classe ouvrière et réduit le budget du ministère de l’Education nationale. Il demande également de combler le déficit criant en ressources humaines dont souffre le secteur de l’éducation et de la formation, et ce pour réunir toutes les conditions de réussite d’une vraie  et profonde réforme du système éducatif.  
Le Conseil national  dénonce les prélèvements effectués sur les salaires des grévistes, la politique de deux poids deux mesures, rejette toutes les mesures qui ont accompagné la rentrée scolaire et universitaire. Il demande au ministère d’accorder la priorité à la formation et à la formation continue et  de mettre en œuvre les points en suspens de l’accord du 26 avril 2011.
Il réitère également son appel  à la tenue d’un colloque national sur la réforme du système éducatif avec la participation de l’ensemble des intervenants dans les secteurs scolaire et universitaire.  

Larbi Bouhamida
Jeudi 7 Novembre 2013

Lu 643 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs