Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le SIAM entame sa 7ème édition : La recherche, levier de développement de l'agriculture




Le SIAM entame sa 7ème édition : La recherche, levier de développement de l'agriculture
La plus grande ferme du Maroc a ouvert ses portes mercredi. Plus de 850 exposants dont 250 entreprises étrangères représentant près de 40 pays participent à ce rendez-vous annuel devenu l'un des temps forts de la ville où les professionnels, les officiels et les anonymes se pressent pour en explorer les grandes nouveautés et le mieux fourni qui soit. Les exposants s'y mettent à l'étalage avec ce qu'ils ont de meilleur ou de plus étonnant. Labels en avant, ils prêchent pour leur savoir-faire et offrent un panorama complet de leur filière et de leur production.
C'est le cas de Said, 34 ans, représentant d'une filière agroalimentaire, qui est un habité des lieux depuis la première édition du Salon international de l'agriculture à Meknès. Comme lors des éditions précédentes, on le verra aller de stand en stand, la poignée de main généreuse, le sourire accueillant, le verbe connaisseur, heureux de ces retrouvailles. «Ce sont des amitiés et des relations professionnelles qu'on a pu établir dès le début du Salon en 2006 », nous a-t-il confié.
Selon lui, aucun professionnel ne s'abstiendra d'une petite visite au Salon. Il le vivrait comme une occasion ratée. « Et pour cause, le SIAM rassemble en un seul lieu les professionnels de tous bords, la diversité de nos paysages et de nos productions, la modernisation en cours avec le développement industriel et les enjeux  qu'il induit sur l'avenir ainsi que les insatisfactions qu'il suscite », a-t-il précisé. Pas le temps de dire plus. Said doit partir vite. 
Il est attendu dans d'autres stands pour négocier d’éventuels contrats avec des entreprises étrangères. « Il faut faire vite. Car les cinq jours du Salon ne semblent pas assez pour satisfaire toutes les demandes adressées à notre filière », nous a-t-il répondu tout en courant vers l'un des vastes couloirs du Salon.
Mais le SIAM n'est pas uniquement un lieu des affaires. C’est un lieu de découverte, d'information et de débat. Abdellah, Aicha, Ali, Fatima et M’hamed viennent de Taroudant. C'est leur première visite au Salon. Tous font partie de la même coopérative agricole. A leur arrivée, ils ont ressenti un dépaysement certain. La foule, les embouteillages, les bruissements continus ne font effectivement pas partie de leur quotidien. Cependant, ils semblent bien apprécier la découverte de la capitale ismaélienne. «On a beaucoup entendu parler du SIAM et on a voulu le découvrir», lâche avec sourire Ahmed qui semble bien transporté par l'immensité du Salon. «C'est vraiment grandiose et au-delà de ce que j'avais imaginé», a-t-il lancé, surpris.
Pour lui et ses compagnons,  le SIAM est une opportunité pour pouvoir découvrir les différents équipements propices à une exploitation, les élevages et autres et se renseigner sur les différents concessionnaires, les différents outillages de l'agriculture et éventuellement savoir dans quel domaine se lancer. «C'est le lieu idéal pour s'informer sur les nouvelles technologies qui aident à la production, sur les nouvelles machines et découvrir aussi ce que font les autres agriculteurs », a indiqué Ali.
Aicha, 45 ans, avoue être impressionnée par la diversité des domaines et par le nombre d'animaux qui y sont exposés: "Tout cela me paraît étrange. J'ai du mal à saisir l'instant ». Même appréciation du côté de Fatima dans le hall dédié aux entreprises étrangères. Elle a apprécié l'ambiance présente et les étalages pleins de couleurs et les élevages bovins.
Ali, qui a l'intention de se lancer dans l'élevage de volailles, pense «qu'il est important de découvrir  les différents domaines de l'agriculture et de savoir qu'il y a une véritable technique derrière afin d'apporter des produits de qualité». Il partage parfaitement l'idée de ces compagnons que le Salon reste un bon moyen de mettre en avant et de favoriser le monde agricole qui souffre en silence notamment au niveau des petits agriculteurs.
En effet, le SIAM est également une occasion en or pour que les agriculteurs mal dans leur peau vident leurs sacs, notamment dans une conjoncture morse comme celle de cette année. « Ici,  on parle beaucoup de sécheresse et de pertes engendrées par la vague de froid qui s’est s'abattue sur le pays. Et on évoque également d'autres problèmes que connaît le secteur. Mais, ça reste  entre les agriculteurs. Au niveau de l'organisation du Salon, il n'y a pas de lieu où on peut débattre publiquement de ces sujets. J'ai l'impression qu'on évite ici les questions qui fâchent», nous a révélé M'hamed avant d'ajouter : «A preuve, les débats télévisés sont tous monopolisés par les responsables du ministère de l'Agriculture. Ils n'ont même pas osé appeler un seul fellah pour qu'il parle des vraies questions qui hantent les professionnels du secteur. Je trouve cela lamentable ».  M'hamed a le cœur gros. Car cette année, il a perdu toute sa récolte en blé et se sent abandonné par l'Etat et le ministère de tutelle. Pour lui, l'avenir des petits agriculteurs s'annonce incertain. « Si on continue à nous traiter de la sorte, on risque de devenir une espèce très rare », a-t-il lâché avant de prendre la grande porte de sortie du Salon.

Hassan Bentaleb
Samedi 28 Avril 2012

Lu 1057 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs