Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le SDJ appelle au départ des prévaricateurs et à la réintégration de leurs victimes : Les fonctionnaires de la justice demandent réparation




Le SDJ appelle au départ des prévaricateurs et à la réintégration de leurs victimes : Les fonctionnaires de la justice demandent réparation
Un meeting national pour la réintégration des fonctionnaires licenciés abusivement et la réhabilitation des victimes des sanctions disciplinaires iniques sera prochainement organisé.  Décision en a  été prise mardi  lors de la réunion du bureau national  du Syndicat démocratique de la justice (SDJ), affilié à la FDT.  De même qu’il a été décidé d’organiser des journées de protestation pour le départ de tous les responsables malhonnêtes.
Dans un long communiqué, et après avoir reconnu les positions respectables du ministre de la Justice, le SDJ a tenu à confirmer que ce qui alimente et encourage la corruption dans le secteur, c’est essentiellement le principe de l’impunité et le fait de récompenser les prévaricateurs.
Ces derniers ont, lors de la sélection des fonctionnaires et candidats pour l’accès à la justice administrative, privilégié les deux éléments, à savoir le favoritisme et le clientélisme.  Tout en exprimant son étonnement de la méthodologie poursuivie lors de la sélection par la Cour suprême, le SDJ fait endosser la responsabilité aux membres de ladite Cour ayant supervisé cette opération qui a connu  plusieurs dysfonctionnements et irrégularités. Il annonce également son refus catégorique de la décision de priver les fonctionnaires victimes de cette sélection de se présenter à ce concours pour une période de 2 ans, une décision que le syndicat qualifie d’inique et sans fondement juridique.
Par ailleurs, le bureau national de la SDJ qui exprime ses félicitations à Abdelkrim Bellaloui pour son intégration après avoir été innocenté, appelle le ministère à régulariser dans de brefs délais sa situation administrative avec effet rétroactif et lui permettre de récupérer tous ses droits depuis son licenciement abusif.  Le prochain conseil national sera l’occasion propice pour mettre en place un programme de lutte approprié à même de rendre justice aux fonctionnaires du secteur, victimes des licenciements abusifs et sanctions disciplinaires iniques. Dans ce cadre, seront organisés un meeting national et  des journées de protestation pour le départ de tous les responsables corrompus.
Concernant le dialogue sectoriel, le SDJ considère que le bilan a été mitigé et en deçà des attentes du personnel de la justice, malgré les quelques  points positifs dont ceux qui ont permis de contenir la montée des tensions et résoudre de nombreux problèmes.
En dernier lieu, le Syndicat démocratique de la justice a tenu à réitérer  quelques revendications dont le droit des cadres du greffe, compétents et expérimentés  d’accéder à la fonction de juge, la création de l’Ecole nationale du corps du greffe. Il appelle également à mettre fin à la centralisation  monolithique qui est en contradiction avec les orientations  du discours Royal du 20 août  pour l’adoption de la décentralisation comme prélude à la réforme de la justice.  

LARBI BOUHAMIDA
Jeudi 15 Décembre 2011

Lu 1006 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs