Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le Royaume-Uni un partenaire de choix pour l’Inde


David Cameron, visite un pays à teneur économique et en plein scandale de corruption dans l’aéronautique



Le Royaume-Uni un partenaire de choix pour l’Inde
Le Premier ministre britannique, David Cameron, est arrivé lundi dans la capitale financière de l'Inde, Bombay, pour doper les échanges économiques, une visite qui survient en plein scandale de corruption portant sur des hélicoptères conçus en Angleterre et vendus à l'Inde.
La troisième puissance économique d'Asie vient de recevoir la visite du président français François Hollande, qui a affirmé vendredi à Bombay que la France voulait prendre part au "grand avenir" de l'Inde. Cameron a pour objectif de doubler la valeur des échanges commerciaux avec l'Inde, qui représentaient en 2010 11,5 milliards de livres (13,4 milliards d'euros), pour les faire passer à 23 milliards de livres en 2015.
Il est notamment venu accompagné de dirigeants industriels ayant en ligne de mire les secteurs du commerce de détail, de l'aviation, de la banque et de l'assurance après les récentes réformes du gouvernement indien pour ouvrir ces secteurs aux investissements étrangers.
La délégation inclut aussi les présidents de six universités britanniques pour attirer davantage d'étudiants indiens et rechercher des partenariats dans l'enseignement supérieur.
Après ses rencontres avec les hommes d'affaires à Bombay lundi, David Cameron s'envolera pour New Delhi où il rencontrera son homologue, Manmohan Singh, et le président de l'Inde, Pranab Mukherjee.
Cette visite survient en plein scandale dans l'aéronautique, alors même que Cameron va avoir à cœur de vanter les mérites du Typhoon, fabriqué par le consortium européen Eurofighter (formé notamment du britannique BAE Systems), en dépit des négociations exclusives entre l'Inde et Dassault pour fournir à l'armée indienne 126 avions de combat Rafale.
Le gouvernement indien a annoncé vendredi avoir lancé une procédure d'annulation d'un contrat de 748 millions de dollars (560 millions d'euros) avec l'italien Finmeccanica, portant sur la livraison de 12 hélicoptères, en raison du versement présumé de pots-de-vin à des officiels indiens.
Or ces hélicoptères AgustaWestland, filiale anglo-italienne de Finmeccanica, sont fabriqués dans le sud-ouest de l'Angleterre. Trois ont déjà été livrés à l'Inde.

AFP
Mardi 19 Février 2013

Lu 184 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs