Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le Raja enchaîne devant un WAF poussif Le HUSA positive face à un MAS moribond

Le leader et son dauphin acculés au nul par le WAC et le FUS, voient revenir sur eux le champion sortant




Le Raja enchaîne devant un WAF poussif Le HUSA positive face à un MAS moribond
Avec cinq nuls et deux victoires, pour treize buts seulement d’inscrits, la septième journée de ce bon vieux championnat en Botola Pro Elite 1 n’aura finalement profité qu’au Raja, vainqueur (1-0) aux forceps d’un WAF à la dérive, au Hassania, fidèle à ses velléités offensives et qui, une fois n’est pas coutume, a mieux défendu (2-1) face à un MAS qui prend de l’eau de partout et au KAC bien appliqué (1-0) qui a renvoyé la jeunesse du CRA et à ses chères études et à végéter au piquet en bon relégable.
Nos trois vainqueurs du moindre écart gagnant, font de leur coup un joli bond dans le classement à l’image du RCA et du HUSA devenus, par la force des choses et de leur poigne, outsiders sérieux à ne point négliger, désormais. Les deux lurons tombeurs des Fassis de service en partagent la troisième place à deux longueurs seulement du dauphin surprise le KACM, freiné lui, (1-1) dans son élan par un FUS, soudain ressuscité. Les hommes de Sellami ont su à propos et par Fouzir revenir sur les Marrakchis.
Si ces derniers ont trouvé en Alloudi la perle du moment, le Raja n’est pas en reste avec un Mitoualli en super forme. C’est d’ailleurs une fois de plus lui, qui d’une action individuelle, a su dénouer en faveur des Verts la rencontre devant un WAF certes poussif mais qui n’a pas démérité du tout. Les Fassis ont su faire trembler le champion en touchant notamment du bois et auraient très bien pu revenir au score sans que personne n’en ait mot à redire.
A Agadir, Mustapha Madih a su trouver la formule gagnante. Son Hassania n’a plus ces fameux couloirs en guise d’avenues dont se sont délectées tant d’équipes. Face au MAS dimanche, sa défense l’a échappée belle en retombant dans ses travers. Heureusement qu’à l’offensive, on pète le feu chez les Soussis. Le HUSA est la meilleure attaque mais aussi la meilleure passoire défensive avec le WAF.
Le KAC, de sa seconde victoire de saison, se contente, lui, d’un ventre mou en attendant des jours meilleurs et au rythme affiché dimanche, sûr qu’il y en aura. Le CRA a bien du chemin à faire avant que de devenir vraiment performant cette saison, Lahcen Ouchella a du pain sur la planche.
Le RCA et le HUSA ravissent leur nouveau statut au WAC, forcé au nul (2-2) par le leader à la maison dans ce qui pour un sommet a été vraiment un sommet. Des rencontres d’une telle intensité et de ce niveau sont d’une si grande rareté qu’à en redemander, on en croise volontiers les doigts ! Quatre buts, deux styles de jeu aussi plaisants l’un que l’autre et si la parité a été de rigueur en ce nocturne, cela faisait longtemps qu’on ne s’était pas aussi bien régalé. A s’interroger sur le pourquoi d’une incompréhensible bouderie populaire du clan des Winners, loser invétéré pour la circonstance.
Pour le MAT qui a limité les dégâts en maintenant à distance respectable ses poursuivants et même s’il voit d’un mauvais œil revenir sur lui le champion en titre (quatre points cédés en deux matches) n’en a vraiment cure puisque ce sont encore cinq confortables longueurs que les hommes d’Aziz El Amri ont sur ceux de M’hamed Fakhir. Jolie bagarre en perspective.
L’OCK qui vivote dans les hauteurs des Rouges est la seconde équipe à être restée (avec le MAT) jusqu’à présent invaincue. Samedi, il a préservé sa virginité à Salé face à l’insouciance insolente du nouveau promu l’ASS, mais il s’en est fallu cette fois que d’une transversale.  
Le DHJ qui avait le podium à portée de crampons a, en derby face à l’OCS, été mis à l’amende (1-1) par des Safiots décidément déconcertants d’inconstance. Imprévisibles, les hommes de Badou Zaki ont des hauts et des bas qui en décontenancent plus d’un fan en les laissant perplexes. Du côté doukkali, les poulains de Bencheikha, à défaut, positiveront pour être parvenus à revenir du heading du remplaçant Lege Djem Nam sur le but d’anthologie et tout à fait brésilien de Da Silva.
Enfin, au chapitre de la médiocrité, l’ASFAR et la RSB font office de cancres notoires de l’exercice. Et si on n’en pipe mot ici, c’est que sur la rencontre en lever de rideau de cette journée, il n’y avait rien à dire sinon, le «circulez» pour un rien à voir de circonstance.

Mohamed Jaouad Kanabi
Mardi 5 Novembre 2013

Lu 444 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs