Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le RNI ne fait plus mystère des noms de ses ministrables

Alliance contre nature




Le RNI ne fait plus mystère des noms de ses ministrables
Les quatre partis composant la nouvelle majorité gouvernementale, à savoir le PJD, le RNI, le PPS et le MP, se mettront à table au début de cette semaine pour trancher une fois pour toutes sur la liste des ministres du gouvernement Benkirane bis. Et au cas où les dirigeants de ces quatre partis se mettraient d’accord sur la liste et la composition du nouveau gouvernement, Abdelilah Benkirane devrait la soumettre à SM le Roi Mohammed VI pour l’entériner.
Selon une source du RNI contactée par Libé et qui a requis l’anonymat, le RNI (54 sièges) obtiendra 8 départements dans ce nouveau gouvernement, ce qui constitue une victoire pour le président de ce parti (le parti de l’Istiqlal-60 députés à la Chambre des représentants-n’a obtenu dans la première mouture du gouvernement que 6 départements) et une revanche sur le PJD qui a mené une campagne de dénigrement contre le RNI et son président. Et d’ajouter que le président du parti, Salaheddine Mezouar, qui postulait au début pour le poste de président de la Chambre des représentants, occupera dans le gouvernement de Benkirane bis le département des Finances qu’il a déjà dirigé lors du gouvernement d’Abass El Fassi, ou bien le département de l’Agriculture et de la Pêche maritime.
La liste des ministrables du RNI comprendra également Rachid Talbi El Alami, Mbarka Bouida, Aniss Birou, Hassan Benomar, Amina Benkhadra, Chafik Rachadi, Mohamed Abou et Naima Farah. Mais la source du RNI a affirmé qu’il n’y aura, probablement, qu’une seule femme dans la liste finale des ministres, précisant que les deux ex-ministres Mohamed Oujjar (ex-ministre des droits de l’Homme) et Moncef Belkheyat (ex-ministre de la Jeunesse et du Sport) sont sortis bredouilles.
Mais la même source a mis un bémol en soulignant que rien n’est encore décidé, rien n’est définitif et que la donne peut changer à tout moment. Elle n’a pas, par ailleurs, exclu qu’il y aurait des surprises.
A noter que le PI a retiré, en juillet dernier, ses ministres du gouvernement Benkirane suite à des divergences entre ce parti et le chef du gouvernement qui se comportait en tant que dirigeant de parti plutôt que chef de l’Exécutif.
Les tractations entre le chef du gouvernement, Abdelilah Benkirane, et le président du RNI, Salaheddine Mezouar se sont déroulées dans l’opacité la plus totale laissant la porte ouverte à toutes les rumeurs et aux fuites en tout genre.

Mourad Tabet
Mardi 10 Septembre 2013

Lu 1716 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs