Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le RCA et le WAC se neutralisent devant 45.000 spectateurs : Un derby en deçà de l’attente populaire




Le RCA et le WAC se neutralisent devant 45.000 spectateurs : Un derby en deçà de l’attente populaire
Le derby casablancais pour le compte de la douzième journée de ce bon vieux championnat aura connu le succès populaire traditionnel attendu avec comme, c’était pressenti, un joli duel de tifos, tout à la hauteur des circonstances, avec, vous l’imaginez, ce qui s’ensuit comme acclamations et encouragements de part et d’autre et le tralala d’humour tout de moquerie propre aux publics des deux grands clubs casablancais.
 Au plan organisationnel et sécuritaire, ce fut la réussite parfaite. Les trams casablancais, tout rouges qu’ils sont, ont été épargnés. Indemnes qu’on vous dit et sans la moindre égratignure. Merci qui ?
Sur la pelouse cependant il y a de quoi faire fine bouche. On a eu mieux comme derby. M’enfin, on se contentera de ce que l’on a eu. Le duel des crampons, qu’on se le dise, a été en deçà des espérances que l’on aurait pu attendre de l’événement et quoique les deux formations n’aient pas eu à se plaindre du résultat (1-1), l’averti resta tout de même sur sa faim.
L’animation d’entrée de match a été rouge à 100%. Le WAC s’offrit un premier quart d’heure de rêve qui obligea les Verts à se recroqueviller étrangement. La domination allait donner ses fruits à la suite d’une bévue partagée entre Mabede et Krouchi qui profita à la vivacité d’Ondama. Patrice, chemin faisant, mit dans le vent Erbati, évita Oulhadj et s’en alla battre tranquillement Laskry.
Du coup, les Wydadis levèrent quelque peu le pied, ce qui permit au Raja de souffler mais pas de s’engaillardir au point d’en rétablir une situation pour le moins compromise. La première mi-temps s’achevait à l’avantage du WAC. La seconde est celle des entraîneurs, dit-on. Fakhir acculé à revenir au score n’avait donc, d’autres choix que de jouer ses jokers et avec le remplacement de Yajour par  Salhi, le match bascula. La frilosité changea alors de camp et c’est naturellement que le RCA sur un coup  franc à l’entrée de la surface par Bourazouk  revient au score. Ce dernier, d’une botte gauche aussi imparable que belle et puissante que l’on ne lui connaissait pas, égalisait. Myaghri n’y avait vu que de la poussière.
C’étaient là, les deux actions significatives et décisives d’une rencontre qui aurait pu aussi bien revenir à un camp qu’à un autre et le face-à-face d’avec Myaghri raté par Salhi au temps mort de la partie en est une des illustrations de ce derby suivi tout de même par quelque 45.000 spectateurs. On regrettera l’arbitrage de Khalid Ennouni, trop facile à la détente et à brandir le jaune, son  excès de zèle coûta sept biscottes au Raja, ce qui d’ailleurs fit rager M’Hamed en fin de partie à l’inverse d’un Baddou Zaki plutôt preneur quant au résultat.

Mohamed Jaouad Kanabi
Mardi 18 Décembre 2012

Lu 1000 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs