Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le Protocole de l’ONU sur la traite des personnes doit être traduit en actions concrètes




Le Protocole de l’ONU sur la traite des personnes doit être traduit en actions concrètes
La rapporteuse spéciale de l'ONU sur la traite des personnes, en particulier les femmes et les enfants, Joy Ngozi Ezeilo, a exhorté le gouvernement marocain à adopter une approche centrée sur les victimes dans le cadre de la lutte contre ce phénomène.
Mme Ezeilo, qui a effectué une visite officielle au Maroc du 17 au 21 juin 2013, a vivement recommandé que les normes du Protocole des Nations unies sur la traite des personnes soient traduites en actions concrètes visant à mieux protéger et porter assistance aux victimes, prévenir la traite des personnes et sanctionner les auteurs de ce crime, indique le Haut-commissariat aux droits de l'Homme.
"Le Maroc fait face à de nombreux défis en tant que pays d'origine et de transit et de plus en plus en tant que pays de destination pour les victimes de la traite de personnes", a-t-elle dit, soulignant que l'étendue du problème devrait faire l'objet d'enquêtes plus approfondies.
Les migrants en situation irrégulière sont de plus en plus vulnérables à la traite de personnes à des fins de travail forcé, de servitude domestique et d'exploitation sexuelle.
 Bien que saluant la détermination du gouvernement à combattre la traite des personnes, la rapporteuse spéciale a souligné que "la préoccupation la plus immédiate est celle de l'absence d'un cadre juridique adéquat dans la lutte contre la traite des personnes".
"L'absence d'outils appropriés et de protocoles d'identification des victimes fait que ces dernières demeurent pour la plupart non identifiées ou sont confondues avec les migrants irréguliers", déclare l'experte des Nations unies.
Selon elle, le Maroc devrait mettre en place un mécanisme adéquat pour la collecte des données permettant de déterminer le taux de prévalence ainsi que les diverses formes et manifestations du phénomène de la traite des personnes dans le pays.
 Malgré les efforts du gouvernement en matière de mesures préventives visant à réduire la vulnérabilité des victimes de la traite au Maroc, en particulier les enfants, la rapporteuse spéciale a exprimé des préoccupations au sujet de l'insuffisance des services de protection et d'assistance à ces victimes.A ce propos, elle a déclaré que "la disponibilité et l'accès aux centres d'accueil restent très limités pour les personnes exposées à diverses formes de violence et d'exploitations ainsi qu'aux risques liés à la traite de personnes".
L'experte internationale exhorte le gouvernement à mettre en œuvre une série de mesures visant à créer des politiques efficaces et des cadres institutionnels de lutte contre la traite des personnes, telles que l'élaboration d'un plan d'action national, la création d'une agence nationale chargée de coordonner les actions des instances gouvernementales relatives à la lutte contre ce phénomène.
Elle a également recommandé la nomination d'un rapporteur national dont la mission serait de superviser la mise en place, le progrès et les impacts d'une législation en matière de traite des personnes sur les droits de l'Homme, et la mise en place d'un système d'identification des victimes de la traite.
La rapporteuse spéciale s'est rendue à Rabat, Casablanca et Tanger.
Le 20 juin, elle a également visité Dakhla où elle s'est entretenue avec plusieurs interlocuteurs. Elle a salué la volonté des autorités d'institutionnaliser les bonnes pratiques qu'elle a constatées à travers les réponses médicales et juridiques d'assistance aux femmes victimes de violences.
Néanmoins, elle recommande vivement aux autorités de renforcer les mesures appropriées pour pouvoir identifier les cas de traite des personnes et d’utiliser de nouveaux moyens pour réduire la vulnérabilité des victimes potentielles et d'assurer la protection adéquate des migrants et de leurs familles. La rapporteuse spéciale présentera un rapport final de sa visite contenant ses conclusions et recommandations lors de la session du Conseil des droits de l'Homme en juin 2014.

Libé
Jeudi 27 Juin 2013

Lu 157 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs