Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le Prix international de poésie "Argana" 2010




Tahar Benjelloun primé

Tahar Benjelloun priméL’écrivain et poète Tahar Benjelloun a remporté le prestigieux Prix
international de poésie "Argana", décerné par la Maison de la poésie du Maroc au titre de l’année 2010.
Avec ce prix, l’institution marocaine veut souligner l'ensemble de la carrière de l'auteur de « Les amandiers sont morts de leurs blessures » (Maspero, 1976), « La Mémoire future »- Anthologie de la nouvelle poésie du Maroc- (prix de l'Amitié franco-arabe, 1976) et de « A l'insu du souvenir » ("Voix ",1980), entre autres.
Cette prestigieuse distinction récompense aussi les qualités et le talent du poète pour sa contribution à la modernisation et l’enrichissement de la poésie en particulier marocaine. Ainsi que son implication dans la défense des causes nobles, justes et universelles.
Le jury, présidé par Mohamed Serghini (prix international de poésie Argana 2004), a aussi souhaité saluer l’auteur dont l’œuvre est marquée par l’empreinte humaniste. Le poète se voit également récompensé pour ses efforts visant à promouvoir la liberté, la dignité et la tolérance entre les civilisations.
Soulignons que le jury du Prix "Argana" -édition 2010, comptait dans ses rangs outre son président, Mohamed Serghini: Larbi Messari, Abdelmajid Benjelloun, Mohamed Bennani, Najib Kheddadi, Abderrahmane Tankoul, Khalid Belkacem et Hassan Nejmi.
Membre de l'Académie Goncourt depuis 2008, Tahar Benjelloun est à ce jour considéré comme l'écrivain de langue française le plus traduit au monde. Lauréat du prix Goncourt pour « La Nuit sacrée » (Points-Seuil) en 1987, il a aussi reçu notamment le titre de Docteur honoris causa de l'Université catholique de Louvain (1993) et de l'Université de Montréal (2008), le Prix IMPAC à Dublin en juin 2004 ainsi que le Prix Ulysse en 2005 pour l'ensemble de son œuvre.
Ecrivain et poète, il a publié plusieurs ouvrages dont « Le Racisme expliqué à ma fille » (Seuil, 1997), « L'Auberge des pauvres » (Seuil, 1997), « Partir » (Gallimard, janvier 2005) et tout récemment « Au pays » (chez Gallimard, 2009). L’essentiel de ses livres a été traduit en arabe.

ALAIN BOUITHY
Mercredi 21 Juillet 2010

Lu 560 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs