Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le Président rwandais réélu avec 93,08 % des voix : Paul Kagame fait un tabac




Le Rwanda a triomphalement réélu Paul Kagame. La Commission électorale nationale (NEC) a confirmé que le chef de l’Etat sortant avait rassemblé 4.638.560 votes en sa faveur, soit 93,08 % des bulletins exprimés. Depuis plusieurs jours, déjà, des dizaines de milliers de partisans de Paul Kagame et des militants du Front patriotique rwandais (FPR, au pouvoir) fêtent sa réélection au grand stade de Kigali, au son des chants du parti et des tubes diffusés par les DJ.
A la tête de ce petit pays d’Afrique centrale depuis qu’il a mis un terme au génocide des Tutsis en juillet 1994, Paul Kagame, sans véritable opposition et grandissime favori du scrutin, sollicitait un nouveau mandat de sept ans, après une première élection triomphale en 2003 avec 95 % des voix. Le score le plus élevé parmi les challengers du Président est celui, avec 4,9 % des voix, de Jean Damascene Ntawukuriryayo. Sa formation, le Parti social-démocrate (PSD), a reconnu sa défaite, selon l’Agence rwandaise d’information (ARI). Le scrutin s’est déroulé sans incident notable avec une «impressionnante» mobilisation des 5,2 millions d’électeurs, s’est félicitée la commission électorale. «D’une certaine façon, le bon déroulement de l’élection n’est pas une surprise», a commenté Carina Tertsakian, chercheuse pour Human Rights Watch (HRW). «Aucun des challengers de Kagame ne constituait une menace, et les véritables opposants ont été empêchés de se présenter», a estimé Mme Tertsakian.
Dans un communiqué, l’un des partis d’opposition non reconnus, les Forces démocratiques unifiées (FDU), a dénoncé des «irrégularités» : la «confiscation de cartes d’électeurs par les autorités locales» dans plusieurs localités, ainsi que des rassemblements de force de villageois jusqu’aux bureaux de vote. Interrogé par l’AFP, l’ancien Premier ministre Faustin Twagiramungu a dénoncé cette élection «avec un score stalinien». «Kagame prétend avoir développé le pays, mais il n’y a pas de développement sans liberté, base fondamentale de la démocratie. Ce que nous voulons, c’est vivre libres dans notre pays», a clamé M. Twagiramungu, candidat malheureux à la Présidentielle de 2003, aujourd’hui exilé en Belgique. 

AP
Jeudi 12 Août 2010

Lu 179 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs