Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le Premier secrétaire de l’USFP pour une direction unifiée du parti : L’USFP et le PJD ont des références diamétralement opposées




Le Premier secrétaire de l’USFP pour une direction unifiée du parti : L’USFP et le PJD ont des références diamétralement opposées
«J’ai toujours considéré que l’USFP et le PJD ont des références diamétralement opposées », a déclaré le Premier secrétaire de l’USFP, Driss Lachgar dans un entretien publié hier par le quotidien arabophone « Asharq Al-Awsat ».
Certes, Driss Lachgar avait plaidé en faveur de la conclusion d’accords avec le PJD afin que l’USFP puisse présider quelques villes comme Agadir et Rabat à l’issue des élections communales de 2009, mais pour lui, il faut tracer une ligne de démarcation entre l’alliance d’une part et la coordination et les accords d’autre part. « Si le parti s’était cantonné à la seule Koutla démocratique (alliance groupant  l’USFP, le PI et le PPS), nous n’aurions pas pu accéder à la présidence des villes », a-t-il précisé.
Cette collaboration entre les deux partis en 2009 ne signifie pas, selon Driss Lachgar, qu’il n’y a aucune différence entre les deux partis. « J’ai toujours considéré, explique-t-il, que le deux partis ont des références diamétralement opposées. Le PJD a une référence conservatrice, rétrograde et passéiste, alors que l’USFP a une référence universelle, progressiste et moderniste. Et le PJD en est conscient même lorsque nous avons coordonné avec eux après les élections communales ». Et d’ajouter que le problème majeur c’est que le gouvernement actuel veut jouer tous les rôles : le rôle dans la gestion de la chose publique, le rôle dans l’opposition, ce qui signifie « pratiquement une sorte de la négation de l’autre ». Pis encore, le chef du gouvernement se comporte comme s’il  était encore chef d’un parti et non pas en tant que chef de l’Exécutif même lors des rencontres diplomatiques. « Ceux qui parlent seulement de Hamid Chabat (secrétaire général du PI) doivent parler en vérité du chef du gouvernement et de l’homogénéité de la majorité. Et s’il y a des problèmes au sein de l’Exécutif, la majorité peut les résoudre par un remaniement ministériel ou autre chose. Et l’opposition n’a rien à voir là-dessus. Ce que nous voulons, c’est qu’on ne bafoue pas les droits de l’opposition contenus dans l’article 10 de la Constitution. Au Parlement, la majorité dialogue avec elle-même, et l’opposition n’a pas la possibilité de contrôler le gouvernement ».
Lachgar a vivement critiqué les propos de Benkirane dans lesquels il fait allusion à « des crocodiles » et « des démons » qui entravent, selon lui, l’action de son cabinet. « C’est une chimère qui doit cesser. Le gouvernement est obligé d’affronter les problèmes du pays pour les résoudre selon les dispositions de la nouvelle Constitution, car seuls le gouvernement et son chef sont responsables et se doivent de s’attaquer à ces problèmes », martèle-t-il.
Driss Lachgar ne partage pas l’avis de ceux qui prétendent que le gouvernement actuel présidé par le PJD ne pourra pas terminer son mandat, car il est appuyé par une large majorité et « l’opposition ne met pas en danger ce gouvernement, car comme je l’ai dit auparavant, il y a un déséquilibre dans les rapports de force. Aujourd’hui, le chef du gouvernement  s’adresse aux médias plus que les gouvernements précédents. Celui qui occupe l’espace médiatique, c’est précisément ce courant, alors que l’opposition n’a même pas pu jouir des   droits stipulés par les anciennes Constitutions a fortiori les droits de l’opposition dans la nouvelle Constitution. Il y a un déséquilibre manifeste des rapports. Pour cela, je dis que l’opposition ne sera pas la cause des problèmes que rencontrera demain le gouvernement. Le mal réside au sein même de ce gouvernement, et dans le PJD plus précisément ».
Concernant la vie interne du parti, le Premier secrétaire rejette catégoriquement l’idée qu’il y ait au sein de l’USFP une période transitoire, car la situation politique actuelle exige de la fermeté. « Je ne partage pas l’avis de ceux qui disent que l’USFP a besoin d’une période transitoire pour la simple raison  que le parti ne peut plus supporter une telle période. En outre, l’hésitation n’a pas droit de cité. Etre ou ne pas être : tel est le dilemme de l’USFP. Le pays ne peut pas être dans l’expectative jusqu’à ce que notre parti sorte de cette période transitoire. Aujourd’hui, la situation se caractérise par le déséquilibre des rapports au profit de forces conservatrices. C’est une situation que nous n’avons jamais vécue avant les dernières élections », tranche-t-il. Et d’expliquer davantage : «Il est dans le  tort celui qui croit que les rapports de force se rétablissent du jour au lendemain. C’est un travail de longue haleine, un travail de fond, c’est-à-dire au sein de la société même, et ce avec la participation du mouvement populaire, pour rétablir cet  équilibre somme toute naturel. Pour ce faire, ce travail ne peut attendre une période transitoire ou autre chose. L’on doit se mettre au travail dès qu’on termine l’élection des autres organes du parti ».
La semaine prochaine, le IXème Congrès du Parti se réunira une seconde fois pour élire les membres de la Commission administrative.
Dans son entretien, Driss Lachgar a parlé sur un ton fédérateur quand il a dit : « Je plaide pour que la direction du parti soit unifiée et non désunie. Nous avons besoin de chaque composante en dépit des divergences et des différences. Personnellement, je m’engage à ce que toutes les Ittihadies et tous les Ittihadis participent au processus démocratique».

Mourad Tabet
Vendredi 4 Janvier 2013

Lu 625 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs