Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le Premier ministre palestinien ne compte pas s’éterniser

Le nouveau gouvernement sera une continuation du précédent




Le Premier ministre palestinien ne compte pas s’éterniser
L’universitaire Rami Hamdallah, chargé de former le nouveau gouvernement de l’Autorité palestinienne, a affirmé lundi vouloir bientôt céder la place à un gouvernement d’union nationale non partisan, comme le prévoient les accords de réconciliation avec le Hamas.
«Le nouveau gouvernement sera une continuation du précédent», a déclaré lundi Rami Hamdallah, chargé dimanche par le président palestinien Mahmoud Abbas de succéder au Premier ministre démissionnaire Salam Fayyad, réaffirmant que la plupart des ministres resteraient en place.
«Selon la déclaration du bureau du président, ce gouvernement fait partie des efforts de réconciliation. J’espère que le 14 août, le président Abbas formera un nouveau gouvernement, en vertu de l’accord entre le Hamas et le Fatah», a-t-il indiqué à la radio officielle Voix de la Palestine.
Lors d’une nouvelle réunion au Caire le 14 mai, le Fatah de Mahmoud Abbas et le Hamas, qui gouvernent respectivement les zones autonomes de Cisjordanie et la Bande de Gaza, se sont donné trois mois pour former un gouvernement d’union nationale et convoquer des élections simultanées, conformément à leurs accords de réconciliation.
Ces accords signés au Caire (avril/mai 2011) et à Doha (février 2012) prévoient que les gouvernements rivaux cèdent la place à un exécutif transitoire non partisan chargé d’organiser des élections. Mais les principales clauses en sont restées lettre morte et les échéances constamment repoussées.
Les Etats-Unis, par l’intermédiaire du secrétaire d’Etat John Kerry, ont salué dimanche soir la nomination de M. Hamdallah. «Ensemble, nous pouvons choisir la voie d’un accord négocié pour deux Etats qui permettra aux Palestiniens de combler leurs légitimes aspirations pour un Etat palestinien souverain et indépendant», a affirmé M. Kerry, selon un communiqué.
Âgé de 54 ans et président depuis 1998 de l’Université Al-Najah de Naplouse, dans le nord de la Cisjordanie, il est également secrétaire général de la Commission électorale centrale (CEC) et président du directoire de la Bourse palestinienne, basée à Naplouse.
Proche du Fatah et membre du directoire de la Fondation Yasser Arafat, dédiée à la mémoire du défunt président palestinien, il est docteur en linguistique appliquée de l’Université britannique de Lancaster.

AFP
Mardi 4 Juin 2013

Lu 131 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs