Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le Premier ministre irakien propose d'importantes réformes dont l’une visant Nouri Al-Maliki


Haider Al-Abadi tout ouïe à l’appel de la plus haute autorité chiite d'Irak



Le Premier ministre irakien Haider Al-Abadi a proposé dimanche des réformes d'envergure, dont la suppression du poste de vice-président détenu par son prédécesseur et rival Nouri Al-Maliki, après des semaines de manifestations contre la corruption et le délabrement des services publics.
Ces changements nécessitent l'approbation du cabinet et du Parlement ainsi qu'un amendement de la Constitution, ce qui augure d'une bataille politique et écarte une mise en application rapide des réformes. L'annonce intervient deux jours après un appel vendredi de la plus haute autorité chiite d'Irak, l'ayatollah Ali Al-Sistani, à Abadi à "être plus courageux et plus audacieux" dans la lutte contre la corruption et à dénoncer publiquement les hommes politiques qui se mettent en travers des réformes.
Parmi les mesures proposées, la plus drastique est l'appel à la suppression "immédiate" des postes des trois vice-Premier ministres et trois vice-présidents - parmi lesquels Nouri Al-Maliki.
Une telle suppression serait un coup dur pour Maliki, et ouvrirait la voie à un conflit entre les deux hommes, membres du même parti chiite -Dawa- au sein duquel l'ex-Premier ministre a encore beaucoup d'influence.
Dans son communiqué mis en ligne, Haider Al-Abadi a aussi appelé à une révision de la façon dont les responsables sont nommés dans un pays où les communautés jouent un rôle majeur dans le partage des responsabilités.
"Les quotas de partis et de confessions" doivent être supprimés, a-t-il dit, proposant à la place que les candidats aux postes à haute responsabilité soient sélectionnés selon "leurs compétences, leur honnêteté et leur expérience", par un comité désigné par le Premier ministre.
En Irak, où la communauté chiite est majoritaire, le chef de l'Etat est un Kurde, le Premier ministre est un chiite et le chef du Parlement un sunnite. Abadi a également demandé une "réduction immédiate et globale" du nombre de gardes du corps pour tous les responsables. Cette question est un problème récurrent en Irak, où certains officiels ont de véritables escouades de protection, et d'autres en embauchent moins que permis, et empochent la différence de salaire. 
Depuis plusieurs semaines, à Bagdad et dans d'autres villes, des manifestations ont lieu contre la mauvaise qualité des services publics, et particulièrement les coupures d'électricité, qui laissent les Irakiens sans courant plusieurs heures par jour par des températures dépassant les 50° Celsius. Les manifestants, majoritairement des Irakiens laïcs, accusent la corruption et l'incompétence de la classe politique d'être la cause de la vétusté des services publics.

Libé
Lundi 10 Août 2015

Lu 227 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs