Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le Polisario impliqué dans une vaste opération internationale de trafic de drogue




Le Polisario impliqué dans une vaste opération internationale de trafic de drogue
Le récent démantèlement d'un réseau de trafic international de drogue ayant des liens avec le Polisario vient corroborer, une fois de plus, ce que de nombreux organismes internationaux et centres de veille sécuritaire à travers le monde avaient relevé depuis plusieurs années : la collusion du Polisario avec les mafias de la contrebande et le crime organisé qui reflète le degré de nuisance sécuritaire que représente ce mouvement séparatiste pour les régions maghrébine et sahélo-saharienne.
Ce trafic a été dévoilé au grand jour par des éléments des Forces Armées Royales déployés au mur de sécurité à 280 km du sud-est de Boujdour.
Les investigations révèlent que les individus impliqués dans ce trafic à grande échelle sont originaires de Tindouf et ont des liens avec le Polisario. Mieux encore, ce réseau compte parmi ses éléments des membres de familles et proches des dirigeants du mouvement séparatiste.
Cette opération, qui a permis l’arrestation de quatre individus et la saisie d’une importante quantité de chira, met en évidence l’implication avérée du Polisario et de ses apparatchiks dans des activités criminelles et terroristes dans la région et renseigne surtout sur une réalité on ne peut plus inquiétante d’une situation devenue explosive dans les camps de Tindouf, minés par la pauvreté, la misère, l’esclavagisme et l’absence d’horizon pour les jeunes.
Ce n’est pas la première fois que le Polisario est pris en flagrant délit dans des actes illicites.
En février dernier, une vaste opération menée en Mauritanie avait permis de mettre la main sur une grosse quantité de cocaïne (2 tonnes) à bord d’un navire et d’arrêter plusieurs trafiquants dont des membres du Polisario. Ce réseau de narcotrafic servait à approvisionner en armes et en munitions les jihadistes d’AQMI et d’autres groupes armés au Mali et dans la région subsaharienne.
Trafic de drogue et contrebande, trafic d’armes, détournement des aides humanitaires, actes terroristes et enlèvements, la dérive polisarienne a été accentuée par le processus de délitement du mouvement qui s’est accéléré ces dernières années. Et pour cause, «la question sahraouie» ne séduit plus sur la scène internationale, si ce n’est l’obsession d’Alger et quelques soutiens parmi les nostalgiques de l’ère révolue de la guerre froide.
La déliquescence du mouvement séparatiste s’explique aussi et surtout par la justesse de la cause du Maroc qui consolide ses positions sur le plan diplomatique, renforce son front intérieur unanime autour de la marocanité du Sahara, et conduit un processus de développement inégalé dans ses provinces du Sud, alors que dans les camps de Tindouf, la débâcle du Polisario se généralise, ce qui contraint jeunes et moins jeunes, gagnés par le désespoir, à se livrer à des activités illicites et à se radicaliser.
La recrudescence de la criminalité dans les rangs du Polisario est à mettre au crédit l’impunité qui existe dans le Sahel et qui a, comme pour le terrorisme, favorisé la prolifération de trafics en tous genres.
Les séparatistes profitent également de leur position dans une région qui échappe au contrôle des Etats pour s’enrichir en participant au trafic d’armes.
Une publication du Collège de défense de l’OTAN avait révélé que les camps de Tindouf situés dans le Sud-Ouest algérien, font partie des zones de transit pour le trafic d’armes. C’est également l’un des itinéraires privilégiés pour les passeurs de cocaïne en provenance de l’Amérique latine.
Jan Egeland, conseiller spécial du secrétaire général des Nations unies, évoquait en juin 2008 le développement considérable du trafic de drogue dans la région. D’après lui, les mafias de drogue colombiennes sont en train de s’implanter dans la région et «se battent pour obtenir le contrôle des itinéraires transsahariens qui leur permettent d’acheminer leurs drogues vers l’Europe et jusqu’au Golfe».
Le professeur Charles Saint-Prot, directeur général de l’Observatoire d’études géopolitiques à Paris, souligne, quant à lui, que le Polisario a toujours été un facteur de déstabilisation et d’insécurité. Il est porteur d’un projet extrêmement dangereux pour la paix et la sécurité au Maghreb et dans la zone sahélo-saharienne.  Tout en ayant des liens avec les trafiquants et les bandes criminelles qui sévissent dans la région, «le Polisario se trouve naturellement impliqué avec les groupes terroristes car une partie de ses éléments a souscrit à l’idéologie des mouvements politico-religieux qui exploitent la misère et les mauvaises conditions de vie des personnes séquestrées dans les camps de Tindouf en Algérie », explique l’expert français.  Il s’avère ainsi que les parcours qui mènent au terrorisme sont divers. La criminalité organisée peut en effet amener à participer au soutien d’une cellule terroriste en lui fournissant des armes ou du renseignement. Cette collusion entre terroristes et trafiquants est un signe tangible de la détérioration de la situation sécuritaire dans la région subsaharienne.
De Washington à Paris, en passant par Madrid, Bruxelles, Genève et Londres, les mises en garde internationales confirment plus que jamais l’urgence de se pencher sur la situation sécuritaire de cette zone, aggravée par l’impasse créée par l’Algérie dans le règlement de la question du Sahara.

La BNPJ diligente une enquête

La Brigade nationale de la police judiciaire (BNPJ) a ouvert, jeudi, une enquête suite au démantèlement d'un réseau de trafic international de drogue ayant des liens avec des personnes originaires de Tindouf, indique la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN).
Les premiers éléments de l'enquête révèlent que des éléments des Forces Armées Royales déployés au mur de sécurité à 280 km du sud-est de Boujdour, ont réussi, après des tirs de sommation, à mettre en échec une opération de trafic d’une grande quantité de drogue, souligne la DGSN dans un communiqué, précisant que cette opération a permis l’arrestation de quatre individus et la saisie de près de 500 kg de chira.
Les investigations relèvent que les accusés sont originaires de Tindouf et ayant des liens avec le Polisario et parmi lesquels figure Majidi Ida Ibrahim Hamim, fils du dénommé Ida Ibrahim Hamim, ex-wali du soi-disant camp Es-Smara à Tindouf et actuel soi-disant ministre du Développement de la fantomatique Rasd, ajoute le communiqué.
Toutes les personnes arrêtées, ainsi que la drogue et les objets saisis ont été mis à la disposition de la BNPJ pour approfondir l’enquête sur cette affaire, appréhender les éventuels complices et mettre au grand jour toutes les ramifications de cette bande criminelle, selon la DGSN.

Samedi 3 Septembre 2016

Lu 2364 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs