Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le Polisario entre obstination idéologique et responsabilité humanitaire




Le Polisario entre obstination idéologique et responsabilité humanitaire
Le Front Polisario demeure, en dépit du déclin idéologique, dû notamment à la fin des hostilités de la guerre froide, un mouvement extrémiste en termes d’orientations idéologiques. En effet, que ce soit au niveau des ses instances dirigeantes ou de celles de la « République Arabe Sahraouie Démocratique », le totalitarisme reste l’une des caractéristiques marquantes de leur fonctionnement. Ainsi, par définition, le totalitarisme est le système politique reposant sur l’existence d’un parti unique et qui n’admet aucune opposition, de quelque forme que ce soit. A l’instar du Front séparatiste, les régimes totalitaires sont également marqués par un Etat qui tend à happer la quasi totalité des activités sociales.
Comme la grande majorité des entités au fonctionnement totalitaire, le Front Polisario s’est retrouvé, à plus d’une reprise, confronté à de graves accusations de détournements des aides humanitaires portées par les Etats occidentaux, en l’occurrence. Précisément, plusieurs Organisations Non Gouvernementales (ONG) internationales ont appelé à entamer une enquête sur les agissements du Polisario. On peut citer, à titre d’exemple, le Comité spécial chargé du Sahara marocain en Europe, basé à Bruxelles, qui a appelé, en date du 08 octobre 2008, les instances européennes à intervenir immédiatement pour mettre un terme aux souffrances des populations établies dans les camps de Tindouf. Pour sa part, l’Internationale démocrate centriste (International Democratic Center), a exigé, en date du 26 mars 2009, qu’une enquête soit entamée afin, d’une part, de dénoncer les auteurs du détournement des aides humanitaires, et d’autre part, de faire profiter ces aides humanitaires aux  populations de Tindouf. De même, en date du 10 avril 2010, Leah Farish, membre de l’ONG américaine « Teach the Children International » a accusé la direction du Polisario de détourner l’aide humanitaire destinée aux populations des camps de Tindouf. Selon elle, quelques « (…) 5 millions de dollars d’aide, constituée de produits alimentaires, de médicaments et autres produits de première nécessité qui ont été acheminés vers les camps (…) » par cette ONG ont été pillés par la stratocratie polisarienne. Face à ces appels, la réaction de l’Organisation des Nations Unies (ONU) n’a pas tardé. Un communiqué de l’ONU émis en date du 25 mars 2009, à New York, a annoncé la visite d’une délégation composée de représentants du Programme alimentaire mondial et de dix-neuf pays donateurs, dans l’objectif de juger de la situation nutritionnelle des séquestrés. Cette visite entend trouver une solution au problème de l’anémie dont souffrent les femmes et les enfants de Tindouf. En effet, le porte-parole du Haut commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) en 2009, Ron Redmond, a communiqué des chiffres très inquiétants sur la question de la santé dans les camps de Tindouf : 61% d’enfants souffrent de malnutrition et 66% de femmes enceintes sont atteintes d’anémie.
L’écart béant entre les moyens mobilisés par les états et organisations occidentaux et ceux dont disposent au final les populations de Tindouf sont le signe irréfutable d’anomalies conséquentes dans la gestion des aides humanitaires. De plus, l’Algérie, en sa qualité de pays d’accueil est responsable de la situation qui prévaut dans les camps de Tindouf. Il lui incombe de veiller à ce que la population qui y est établie jouisse de tous ses droits. Ce qui est loin d’être le cas. Le refus de l’Algérie et du Front Polisario de procéder au recensement des populations établies à Tindouf a pour objectif de perpétuer les pratiques de  détournement des aides humanitaires. Ce constat est affirmé par un rapport de l’Office européen de lutte anti-fraude, cité par le centre européen pour le renseignement stratégique et la sécurité (European Strategic Intelligence and Security Center – ESISC), dans lequel, il est précisé que le refus du Polisario et de l’Algérie de recenser les populations établies à Tindouf est motivé par les profits illicites obtenus grâce à une exagération du nombre des réfugiés. Ce qui leur permet donc d’obtenir une aide humanitaire plus importante des pays donateurs. Il s’agit là de l’une des explications les plus plausibles justifiant l’obstination polisario-algérienne de refuser au HCR de recenser les populations de Tindouf.
Notons également qu’il existe un écart considérable que l’on peut aisément observer, entre l’ampleur qu’a prise l’affaire du Sahara au sein de l’institution militaire, véritable détentrice du Pouvoir politique, dont le soutien au Front séparatiste constitue une véritable affaire d’Etat, et le peu de moyens mis en œuvre pour apporter des aides humanitaires directes aux populations en souffrance.
D’autant plus que l’Algérie, rappelons-le, en tant qu’Etat hôte, doit faire face à ses obligations statutaires, dès lors que les camps de Tindouf, chef-lieu de l’organisation polisarienne, sont établis sur son sol, plus précisément au Sud-ouest du pays. L’explication la plus plausible permettant d’expliquer le manque d’implication du Pouvoir algérien en la matière, malgré les moyens conséquents dont dispose le pays, est liée au fait qu’une telle situation humanitaire ne peut qu’interpeller les ONG étrangères, et ainsi donner une plus grande visibilité internationale à l’affaire saharienne.
Dès lors que les organisations internationales se mobilisent et offrent un écho médiatique à leurs interventions, l’Algérie voit aboutir sa manœuvre, aux dépens de la  population de Tindouf, qui dans la majorité des cas, ne reçoit aucune aide. Dans un même ordre d’idée, demeure un étonnant paradoxe : cette Algérie même qui utilise l’argent de ses contribuables afin de financer l’armement du Front Polisario, occulte l’aspect humanitaire, au demeurant prioritaire dans un tel cas de figure. 

Par le Centre d’études internationales
Vendredi 17 Février 2012

Lu 1939 fois


1.Posté par menhir le 19/02/2012 05:14
Si vous voulez débloquer la situation, rien n'empêche le maroc de proposer un vrai référundum a choix multiples dont l'indépendance de cet état qui historiquement n'est pas marocain.

2.Posté par maghrebin le 20/02/2012 22:09
c'est fini le paradoxe,dites plutot que le mythe n'est plus et que l'histoire saura vous maitriser.

3.Posté par DJILOU le 21/02/2012 10:53
Si les gens souffrent dans les camps de Tindouf c par votre faute d'empêcher les sahraouis de dire ce qu'ils veulent par un referendum ou soit par oui à la monachie s'ils sont bien traités par les responsables marocains, ou bien choisir l'independance, c leur droit et vivre librement pas entoure H24 par lamee de tt les cotes. pour rapel je suis algerien d'origine marocaine habite belgique merci à vs.

4.Posté par Almourabiti le 22/02/2012 00:23
Des algeriens qui parlent d'une région historiquement pas marocaine ?
Mais c'est 80% de l'Algerie actuelle qui n'est pas algerienne mais une intégration francaise.
Quand les souverains alaouites recevaient les actes d'allégeances des tribus du sahara, de mauritanie et du sud-ouest du sahara francais, les algériens étaient les vassaux de l'Empire Ottoman et étaient dirigés par un bey.
Pour rappel, l'emir du trarza mauritanien, le chikh Ould Senhouri de Tindouf et les enfants de Ma El Ainine ont tous présentés leur allégeance au MAROC a l'indépendance de leur régions.
Un algerien parler d'histoire ? C'est hilarant !
Djilou pour rappel je suis marocain................du sahara ! A toi et toute ta clique du clan d'Oujda qui dirige l'Algerie depuis 1962, Ahmed Ben Bella lui aussi est marocain et pourtant ! Ya hasra.
Avec les marocains vous êtes tombés sur un os dur mes pauvres.

5.Posté par Kamel le 24/02/2012 12:16
trarza mauritanien MAIS PAS marocain. chikh Ould Senhouri MAIS PAS marocain
Les Almoravides des mauritanien MAIS PAS marocains . Almohades c des algériens MAIS PAS marocains

6.Posté par le marocain le 03/03/2012 12:48
Kamal pas Algérien,
Kamal pas Marocain,
Kamal pas Tunisien
Kamal pas Libyen
Kamal pas Mauritanie
Qui tu es Kamal.Tu es un apartheid,sans nation,sans domicile fixe, sans identité. Ce dernier veut rayé le Maroc d'un trait de crayon, l'ont fait les Anglais pour partager l'Inde et le Pakistan.
Vraiment,je pense que ces derniers qui disent que le Maroc n'a pas de prolongement vers le Sahara,l'Algérie,la Mauratanie. Réveille toi Kamal car tu es dans les nuages de poussières,ou l'odeur du pétrole t'as étourdie.Non c'est le matelas de 280 milliards de dos....lards.
Quelle honte pour toi ya kamal.

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs