Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le Pentagone "regrette profondément" la mort de 22 personnes dans un hôpital afghan

MSF veut une commission indépendante sur le bombardement à Kunduz




Le chef du Pentagone, Ashton Carter, a dit mardi "profondément" regretter la mort de 22 personnes samedi dans le bombardement par les Américains de l'hôpital de l'ONG Médecins sans frontières (MSF) à Kunduz, dans le nord de l'Afghanistan.
"Le Département de la Défense regrette profondément la perte de vies innocentes qui a résulté de cet événement tragique", a déclaré le Secrétaire américain à la Défense dans un communiqué diffusé à Rome où il effectuait une visite.
Le général américain commandant la mission de l'Otan en Afghanistan a affirmé mardi que l'hôpital de Médecins sans frontières à Kunduz avait été bombardé "par erreur" poussant le chef du Pentagone à exprimer ses "profonds regrets" pour cette tragédie.
L'ONG, qui a qualifié ce bombardement de crime de guerre et réclame haut et fort une enquête indépendante, a vivement rejeté cette explication par la voix de Mego Terzian, président de MSF France, qui s'est déclaré persuadé que "ce n'était malheureusement pas une erreur".
Trois enquêtes, américaine, afghane et de l'Otan sont en cours pour établir les conditions dans lesquelles le bombardement a été décidé et mené samedi.
Devant la commission des forces armées du Sénat, le général John Campbell a donné la plus claire expression de responsabilité américaine jusqu'alors sur le bombardement, qui a tué 22 personnes en fin de semaine dernière : l'hôpital "a été touché par erreur" dans une frappe américaine demandée par les Afghans mais décidée par la chaîne de commandement américaine, a-t-il affirmé.
Selon le général Campbell, le général américain qui se trouve à Kunduz pour mener l'enquête recueille non seulement les témoignages des militaires sur place mais aussi ceux du personnel de MSF.
Mais le fait que les talibans aient réussi à s'emparer de la ville, même brièvement, a démontré comme d'autres batailles récentes que les forces afghanes n'étaient pas encore prêtes à tenir leur terrain face aux talibans.
Médecins sans frontières a demandé mercredi une enquête internationale après le bombardement américain contre l'hôpital de Kunduz en Afghanistan, qui a tué 22 personnes, une "attaque contre les Conventions de Genève".
Joanne Lieu, la présidente de médecins sans frontières, l'ONG qui gérait cet hôpital, a déclaré devant la presse à Genève "ne pas faire confiance à une enquête militaire interne" et a demandé une "commission internationale humanitaire pour établir les faits", un dispositif prévu par les Conventions de Genève, qui fixent les règles du droit humanitaire pour les guerres.

Jeudi 8 Octobre 2015

Lu 683 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito









www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs