Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le Parlement condamne fermement les propos provocateurs de Ban Ki-moon








Session extraordinaire des Chambres des représentants et des conseillers



Une indulgence coupable de Ban Ki-moon avec les parties hostiles aux droits inaliénables du Maroc

Les Groupes socialistes au Parlement : Ban Ki-moon piétine le principe de neutralité de l'ONU

Les groupes  parlementaires à la Chambre des représentants et à  la Chambre des conseillers ont été unanimes à souligner, samedi, que les propos  tenus par le Secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon, lors de sa récente visite  à Tindouf et à Alger, représentent une "déviation grave de la noblesse des  objectifs, de la mission et de la Charte fondatrice de l'instance  internationale".
 Dans leurs interventions lors de la session extraordinaire du Parlement  destinée à discuter les derniers développements de la question nationale et  après avoir écouté les explications du chef du gouvernement sur les  déclarations de Ban Ki-moon, ils ont affirmé que le  Secrétaire général de l'ONU, par ses positions partielles et irresponsables,  fait fi de la quintessence de la mission onusienne, en estimant que ses propos  provocateurs sur le Sahara marocain "s'apparentent à une déviation grave et un  parti pris flagrant qui trahit son enlisement dans un acte de chantage  abominable".
Les Groupes de l'Union socialiste des forces populaires (USFP)  au Parlement ont  estimé, en l’occasion, que les positions de Ban Ki-moon vont à l'encontre des initiatives de développement que le Maroc a lancées sous l’égide de S.M le Roi Mohammed VI dans les provinces du Sud et piétinent le principe de neutralité de l'ONU.
 Le Maroc, qui demeure attaché à son Sahara, s'est engagé dans la mise en œuvre du projet de régionalisation avancée et a lancé des initiatives de développement de grande envergure dans la région, ont-ils indiqué, estimant que le Secrétaire général aurait dû saluer ces initiatives au lieu d'adopter une position hostile à l'intégrité territoriale du Royaume.

 

Les membres des Chambres des représentants et des conseillers ont dénoncé, samedi, «dans les termes les plus forts les positions partiales et irresponsables et les propos provocateurs» du Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, tout en exprimant leur «rejet en bloc et dans le détail» de ces propos.
Dans un communiqué rendu public à l'issue d'une session extraordinaire tenue à la demande de l'ensemble des groupes parlementaires pour débattre des développements de la cause nationale, les membres des deux Chambres ont considéré que les propos tenus par le chef de l'ONU «font dangereusement fi de la noblesse des objectifs, de la mission et de la nature de l'Organisation des Nations unies ainsi que de l'esprit de sa Charte fondatrice, des normes et des règles consacrées en termes d'impartialité au service de la paix et de la stabilité à travers le monde».
Ils ont souligné que les déclarations et les signaux lancés par le Secrétaire général lors de sa visite dans la région, plus particulièrement sa visite de la zone tampon dans les provinces du Sud du Maroc, et sa provocation de manière délibérée des sentiments du peuple marocain par des agissements qui ne sont pas dignes d'un responsable international occupant le poste de Secrétaire général de l'Organisation internationale, constituent «un manquement flagrant à l'impartialité requise de la part du Secrétaire général de l'ONU alors qu'il exerce ses fonctions».
Ils ont également estimé, après avoir suivi les explications fournies par le chef du gouvernement, Abdelilah Benkirane, au sujet des déclarations et des positions du Secrétaire général de l'ONU, et au terme des interventions des chefs et des représentants des équipes et des groupes parlementaires, que «ce manquement délibéré par le Secrétaire général vise à éclipser son échec -tout au long de deux mandats à la tête de l'organisation internationale- à faire des progrès tangibles dans le règlement de ce différend, et constitue une indulgence coupable avec les parties hostiles aux droits inaliénables du Maroc et sa souveraineté sur ses provinces du Sud».
Ils ont souligné que les déclarations du Secrétaire général font fi des réalités historiques concernant la question du Sahara, y compris les positions des Nations unies, en particulier depuis 2008 suite à la présentation par le Maroc de la proposition d'autonomie qualifiée par la communauté internationale de sérieuse et réaliste, et qui constitue une base de négociation surtout après que l'option du référendum s'est avérée inapplicable.
Le communiqué ajoute qu'«il n'y a pas besoin de rappeler au Secrétaire général que les positions des Nations unies, y compris celles qui saluent la proposition marocaine, exigent tous ses responsables, sans parler de manquement à cette exigence en faisant des déclarations et donnant des qualificatifs qui renvoient le dossier à la logique de conflit ayant prévalu au cours des années soixante et soixante-dix du siècle dernier».
Les membres des deux Chambres du Parlement ont, en outre, fait part de leur «forte dénonciation du fait que le secrétaire général ait ignoré les réalisations accumulées par les Nations unies en matière de décolonisation, en particulier les résolutions de l'Assemblée générale de l'ONU 1514 du 14 décembre 1960 et 1541 du 15 décembre 1960, notamment le sixième alinéa de la première résolution qui affirme que «toute tentative visant à détruire partiellement ou totalement l'unité nationale et l'intégrité territoriale d'un pays est incompatible avec les buts et les principes de la Charte des Nations unies», et le septième alinéa qui engage tous les Etats à observer les dispositions de la Charte des Nations unies et, en particulier, assurer le respect des droits souverains et de l'intégrité territoriale de tous les Etats.
Le principe V de l'annexe de la résolution 1541 énonce à son tour qu'un territoire non-autonome est celui qui est «géographiquement et ethniquement ou culturellement distinct» du pays qu'il gouverne. Or, cela ne s'applique aucunement aux provinces du Sud du Royaume, qui font depuis toujours, comme le confirment des preuves historiques irréfutables, partie intégrante de l'entité marocaine aux racines historiques profondes.
D'autre part, poursuit le communiqué, les mêmes résolutions onusiennes soulignent que le concept de l'«autodétermination», érigé par les ennemis de l'intégrité territoriale du Royaume en devise sacrée, ne signifie pas nécessairement la sécession et ne peut être en aucun cas incompatible avec le droit des Etats à parachever et à préserver leur unité et l'intégrité de leur territoire national.
Les parlementaires ont également exprimé leur forte indignation du fait que le Secrétaire général ait ignoré les réalités de l'histoire et de la géographie, ainsi que l'omission injustifiée du rôle du Royaume du Maroc en tant que plaque tournante au service de la stabilité et puissance régionale incontournable jouant un rôle primordial dans le maintien de la sécurité, outre la provocation délibérée du Secrétaire général à l'égard des sentiments du peuple marocain, accompagnée de signaux coupables et de sa visite dans la région instaurée par l'Organisation des Nations unies elle-même en zone tampon dans le cadre du plan de règlement, surnommé «Plan de Cuéllar».
Ils ont tout aussi dénoncé le fait que le Secrétaire général ait délibérément omis d'évoquer les souffrances des personnes séquestrées dans les camps de Tindouf et les violations graves des droits de l'Homme commises par les séparatistes du Polisario dont elles sont victimes, et ignoré les exigences internationales de procéder au recensement des populations des camps de Tindouf en conformité avec les résolutions internationales pertinentes, ainsi que le siège imposé au mouvement et au voyage des populations séquestrées dans les camps.
Ils se sont indignés du fait que le responsable onusien ait également omis de soulever le détournement de l'aide alimentaire destinée aux personnes séquestrées pour la transformer en une source d'enrichissement des dirigeants des séparatistes et appelé plutôt à «une réunion internationale de donateurs pour lever des fonds», ce qui ne fait qu'encourager les dirigeants des séparatistes de poursuivre la politique de rente et de se servir des personnes séquestrées comme carte de mendicité et de pression en violation du droit humanitaire international.
Les membres du Parlement se sont également dits «stupéfiés du fait que le Secrétaire général ait ignoré l'attachement de la population des provinces du Sud du Maroc à la mère patrie et leur forte participation à la vie politique, économique et sociale, outre leur jouissance de leurs pleins droits, en particulier leur droit inaliénable dans la défense de leur marocanité».
Ils ont «condamné fermement l'omission délibérée du Secrétaire général de reconnaître les sacrifices du peuple marocain, y compris ceux des populations des Provinces du Sud, aussi bien humains que matériels sur plus de quarante ans, dans le but de consolider l'intégrité territoriale et le développement de ces provinces».
Le Parlement marocain a tenu à saluer «avec fierté le déclenchement, par Sa Majesté le Roi que Dieu l'assiste, d'une dynamique de réformes tous azimuts et de chantiers de développement stratégiques dans les provinces du Sud, lesquelles réformes contribueront à consolider davantage la cohésion nationale et transformer la région en une passerelle prometteuse vers le prolongement africain».
Il a, par ailleurs, loué «l'unanimité de la Nation marocaine et la vigilance affichée par toutes les composantes politiques et civiles du peuple marocain en dénonçant les propos du Secrétaire général de l'ONU», tout en rendant un hommage appuyé aux Forces Armées Royales, sous le leadership de leur Chef Suprême et Chef d'Etat-Major, Sa Majesté le Roi Mohammed VI que Dieu l'assiste, pour leur défense inébranlable de l'unité du territoire nationalz et la préservation des acquis nationaux».
Le Parlement marocain a également salué l'action des forces de l'ordre, de la gendarmerie Royale et des Forces auxiliaires pour préserver la sécurité et la stabilité, ainsi que l'implication des citoyens et citoyennes dans les provinces du Sud dans la nouvelle marche de développement, de réforme et de consolidation de l'édifice institutionnel.
Les membres du Parlement marocain ont réitéré leur «mobilisation à tous les niveaux internes et externes afin de renforcer l'édifice démocratique, le développement et la défense des causes de la patrie, et à leur tête la question de l'intégrité territoriale», et ont exhorté la communauté internationale de toute urgence à œuvrer pour redresser la déviation coupable aussi bien politique que légale et morale, délibérément affichée par le Secrétaire général de l'ONU, ce qui porte atteinte au processus de règlement et risque de précipiter la région vers l'inconnu.
Dans le cadre de cette mobilisation nationale, les différentes composantes politiques, syndicales, professionnelles et territoriales du Parlement marocain ont annoncé leur participation à la marche nationale prévue dimanche à Rabat pour dénoncer les prises de position du Secrétaire général, en signe d'unanimité nationale autour de la question de l'intégrité territoriale du Royaume.

 

Lundi 14 Mars 2016

Lu 896 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs