Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le PSG laborieusement et la Juventus dans la sérénité passent les huitièmes de la Champions League


Paris et Turin se sont découvert des ambitions de grands



Le PSG laborieusement et la Juventus dans la sérénité passent les huitièmes de la Champions League
Le Paris SG s'est qualifié mercredi pour les quarts de finale de la Ligue des champions en dépit de son nul en 8e retour contre Valence (1-1; 2-1 à l'aller), tandis que la Juventus Turin a logiquement écarté un faible Celtic Glasgow (2-0; 3-0 à l'aller).
Les Parisiens évoluaient mercredi au match retour sans deux de leurs joueurs clé, Ibrahimovic et Verratti, suspendus. Mais cela ne suffit pas à expliquer une gestion plus que frileuse et décevante de leur avance du match aller.
"Une équipe faite pour l'Europe", avait dit Leonardo samedi après Reims (0-1). Les joueurs du Paris SG ont évité le ridicule à leur directeur sportif en écartant Valence mercredi (1-1, 2-1 à l'aller) pour se qualifier en quarts de finale de la Ligue des champions et se hisser dans le top 8 européen, atteignant ainsi un premier objectif de taille.
Il faut dire que l'essentiel du travail avait été réalisé à l'aller, surtout en première période, avec un succès 2-1 à Mestalla, et les Français avaient dès lors 95% de chances de se qualifier. Un pourcentage qui chutait drastiquement lorsque Valence ouvrait le score au Parc des Princes (55e), et remontait lorsque Lavezzi égalisait (66e).
Le PSG préserve ainsi son invincibilité à domicile sur la scène européenne, depuis novembre 2006 et désormais 23 matches.
A Turin, la Juventus s'est qualifiée pour les quarts de finale de la Ligue des champions en confirmant mercredi contre le Celtic (2-0) sa victoire de l'aller à Glasgow (3-0), un niveau qu'elle n'avait plus atteint depuis sept ans.
La Juve retrouve le top 8 de "l'Europe qui compte", comme disent les Italiens, quitté en 2006 sur une élimination contre Arsenal (2-0,0-0). Puis le scandale du Calciopoli et une renaissance longue à se dessiner sont passés par là.
Pour éliminer un Celtic qui a atteint son rendement maximum avec les 8e de finale, la Vieille Dame n'a pas trop forcé son talent. Sous une pluie très écossaise, elle a vite balayé les miettes d'espoir qui restaient aux "Hoops" en marquant par Alessandro Matri (24).
Sur un contre, Fabio Quagliarella voyait sa frappe repoussée terminer dans les pieds de Matri. Lui qui n'avait encore jamais marqué en Ligue des champions aura réussi un but à l'aller comme au retour contre les Verts et Blanc. Fabio Quagliarella doublant la mise (65) sur un service en or d'Arturo Vidal.

AFP
Vendredi 8 Mars 2013

Lu 329 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs