Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le PJD met en orbite ses irréductibles


Benabdallah joue
au pompier, Chabat change de ton
mais pas de fond



Le PJD met en orbite ses irréductibles
Lune de fiel dans les rangs de la coalition gouvernementale.  Dans le registre des répliques et contre-répliques,  les partis politiques  de la majorité n’en finissent pas de tenir le haut de l’affiche. Et ce week-end, très politique, a confirmé la tendance. Au premier  conseil national de l’Istiqlal dont les membres ont adopté à l’unanimité le mémorandum  relatif au remaniement ministériel et à la révision de la Charte de la majorité, Hamid Chabat persiste et signe tout en faisant le choix  d’un discours plus politique qu’offensif. Le leader, en poil à gratter d’un gouvernement ronronnant, a en effet vertement critiqué Abdelilah Benkirane et l’action de son gouvernement. Devant des militants au moral gonflé à bloc, le premier des Istiqlaliens a reproché au chef du gouvernement de vouloir phagocyter et monopoliser  les actions de l’Exécutif. « C’est de l’hégémonie ! », s’est écrié le syndicaliste devenu chef de parti.  L’Istiqlal, l’un des alliés majeurs de la coalition au pouvoir, continue de porter un regard critique sur l’action gouvernementale. « Lenteur, inefficience, improvisation et manque de coordination dans les dossiers stratégiques » : Chabat a choisi les mots pour dire tout le mal qu’il pensait du cabinet Benkirane . « Je ne resterai pas les bras croisés devant les souffrances du peuple marocain ». Si le ton a changé, sur conseil de son entourage, le secrétaire général du plus vieux parti marocain s’est départi du style polémique qui le caractérisait jusque-là, le fond, lui, est resté le même. L’Istiqlal veut remettre de l’ordre dans la majorité à laquelle il appartient.
C’est ce qui a sûrement poussé le PPS à jouer au pompier. Une tradition héritée du leader disparu, Ali Yata. Jeudi 9 janvier, Nabil Benabdallah, le chef de file du PPS et membre du gouvernement Benkirane, rencontrait Hamid Chabat au domicile de Taoufik Hjira, le désormais président du conseil national de l’Istiqlal. Une médiation qui dit clairement son nom du côté du PPS qui veut «calmer le jeu» et, surtout, retarder l’éventualité d’un remaniement qu’il juge prématuré  alors qu’à l’Istiqlal, la rencontre au sommet des deux leaders de la majorité est complètement passée sous silence. « Hamid Chabat n’en souffle pas mot. Il n’en a pas parlé au comité exécutif ni lors de la réunion du conseil national », fait remarquer un cacique du parti fondé par Allal El Fassi.
Médiation du PPS mais aussi appel de ce parti qui a fait le choix d’appartenir à un gouvernement conservateur. 
Une rencontre
Chabat-Benabdallah
au domicile de Hjira


Dans sa réunion du jeudi 10 janvier, le bureau politique des anciens communistes a lancé un appel à tous les partenaires politiques au sein de la majorité et de l’opposition, les invitant à faire preuve de sérieux et de responsabilité pour rechercher des solutions aux problèmes posés à travers le dialogue. «Convaincu de la justesse d’une telle démarche, le BP du PPS a proposé d’abord aux composantes de la majorité de débattre de la situation avant d’associer l’opposition à cet exercice de réflexion, condition indispensable pour la mise en chantier de tous les projets programmés», pouvait-on lire lundi 14 janvier à la «Une» d’Al Bayane, le journal porte-parole du PPS.  «Cette formation de gauche est dans l’entre-deux, ou plus exactement le clair-obscur depuis qu’elle a rejoint un Executif dirigé par les islamistes. Le PPS fait de l’équilibrisme. Nabil Benabdallah et les siens savent que le spectacle d’une majorité qui se déchire est coûteux. Ils n’ont pas intérêt que cette expérience échoue d’autant qu’ils vont, eux en particulier, en payer le prix fort auprès de leur électorat», analyse cet observateur de la chose politique.
La question du remaniement gouvernemental n’est pas le seul motif de divergences d’une majorité qui, décidément, ne s’entend que sur très peu de choses. La perspective des élections communales divise profondément l’Istiqlal et le PJD. Les Istiqlaliens seraient réticents à leur organisation en 2013 comme le proposait récemment Mohand Laenser, le ministre de l’Intérieur alors que les islamistes du PJD seraient, au contraire,  défavorables à tout report. Si la guerre se fait pour le moment  à fleurets mouchetés, les islamistes ont sonné le tocsin de la mobilisation en mettant en orbite les plus irréductibles d’entre eux.

Narjis Rerhaye
Mardi 15 Janvier 2013

Lu 616 fois


1.Posté par boumehdi jawad le 15/01/2013 11:05
Ce gouvernement ressemble à une armée mexicaine faite de bric et broc,alors que dehors gronde le mécontentement tous azimuts.Face à la crise économique persistante,à la flambée des prix des matières premières,pétrole,gaz,blé,mais,composants pour le bétail,le gouvernement continue de creser les déficits notamment par une caisse de compensation ruineuse pour le budget de l'état,en plus des augemnattions de salaires dans la fonction publique et la création de 30.000, nouveaux fonctionnaires.Or ces deux postes à eux seuls équivalent à la richesse du pays.Il ne reste plus rien pour l'investissement,pour réformer en profondeur l'agriculture,la pêche,l'industrie,le batiment pour éradiquer l'habitat insalubre.Les incivilités en tous genres progressent vertigineusement,sur les routes,sur les occupations de traains illégales,sur les grèves sauvages en milieu agricile comme dans le Souss ou le Gharb.Pendant ce temps,le Mouvement du 20.02 joue aux pyromanes dans les quartiers polpulaires prêts à s'embraser malgré le désastre en Tunisie ,en Lybie,en Egypte,etc.Nulle part les "islamistes n'ont apporté de solutions politiques ou économiques.Par contre les salafistes font la chasse à la liberté,à la laicité,aux droits des femmes,investissent les universités et menacent la liberté de l'information.Loin d'avancer dans ces pays,la démocratie recule sous leurs coups de buttoir.Les evenements du Mali,le délittement des institutions comme le parlement,les regions,l'armée,ouvrent des boulevards aux aventuriers.Pendant ce temps Benkiran et Chabat s'echarpent autour des élections municipales à venir.Triste programme que ces communes et municipalités incapables de gérer le quotidien des marocains,tellement les rues sont sales,les dérogations aux plans d'aménagement légion.On aspire à autre chose.

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs