Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le Oui du cœur et de la raison




Le Oui du cœur et de la raison
Le Maroc vient de franchir un pas décisif sur la voie de la démocratisation voulue par tous.
Avec la disparition de S.M Hassan II et l’avènement de S.M Mohammed VI, il y avait certes de bonnes raisons de parler d’une nouvelle ère pour le pays.
La volonté d’évoluer et de faire évoluer le pays était manifeste, palpable. Mais, dans bien de cas, le rythme adopté laissait à désirer. Il s’en trouvait, à plus  d’un niveau, ceux que les changements annoncés semblaient déranger outre mesure.
Depuis le 1er juillet 2011, on n’en est plus là. Au grand dam des trouble-fêtes, des prédateurs et autres affairistes.
Le peuple a massivement dit oui. Un plébiscite qui constitue un tournant dans l’Histoire du Maroc. Le référendum du 1er juillet tranche, de manière éloquente, avec toutes les consultations qui l’avaient précédé jusque-là.
Il  a été donné à tout le monde de constater, de visu, l’enthousiasme qui animait les citoyennes et citoyens, vendredi dernier. Comment ne pas apprécier, quand il est question d’un engouement qui n’est pas orchestré par l’appareil étatique, quand on n’a pas cherché à fourguer des votants malgré eux dans des camions ou autres remorques de fortune, afin qu’ils s’acquittent de leur « devoir » ? Comment ne pas se réjouir  quand ceux qui se sont déplacés vers les bureaux de vote l’ont fait, non  pas par peur d’avoir à subir quelques éventuelles sanctions de la part des services administratifs, mais parce qu’ils l’ont bien voulu ? Par libre choix donc.
Et, justement, en ce 1er juillet 2011, les Marocaines et les Marocains ont fait le choix de la démocratie, sans avoir à passer par ces déplorables péripéties auxquelles ont été forcés d’autres peuples arabes.
Un nouveau pacte entre le Roi et le peuple est scellé depuis le 1er juillet.
L’adoption de la nouvelle Constitution n’est pas une finalité en soi. Loin s’en faut. Elle n’en constitue pas moins une étape d’une importance extrême, dans le sens de ce Maroc voulu par les forces vives du pays et qui en ont fait un objectif certain  au prix d’énormes sacrifices.
On doit  à la campagne référendaire d’avoir mis sur le devant de la scène cette mosaïque qui caractérise le champ politique marocain.
Heureux qui comme ces militants qui, toute leur vie durant, se sont sacrifiés pour que ces changements, aujourd’hui d’actualité, aient lieu. Ils étaient on ne peut plus à l’aise.
Mais comme il y a de tout pour faire un monde… politique, il y avait aussi les autres. Ceux qui se sont saisis de l’aubaine généreusement offerte par ladite campagne pour prouver ou justifier leur existence.
Qu’à cela ne tienne. Les Marocains ont dit oui. Et en masse. Il revient à tout un chacun, à quelque niveau que ce soit, de veiller à ce que les réformes notifiées dans la Loi fondamentale prennent forme pour que les changements voulus soient perçus au quotidien.
On n’a plus le droit à l’erreur. 

Mohamed BENARBIA
Lundi 4 Juillet 2011

Lu 576 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs