Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le Musée Haj Ahmed Zaha, un voyage à travers l’histoire des habitants de montagne




Le Musée Haj Ahmed Zaha, un voyage à travers l’histoire des habitants de montagne
Depuis 1977, le monde célèbre le 18 mai de chaque année la Journée internationale des musées. Cette journée est «l’occasion de sensibiliser le grand public aux enjeux des musées dans le développement de la société». Cette année, cette journée a été placée sous le thème «Musées et histoires douloureuses: dire l'indicible dans les musées», un thème qui a pour objet de permettre «d'appréhender l'incompréhensible des passés douloureux inhérents à l'humanité».  Nous avons profité de cette journée pour aller à la découverte du Musée Haj Ahmed Zaha, un musée rural situé au douar Ait Zaha, région Aourga à 16 km de la station balnéaire Taghazout. Ce musée rural,  entièrement conçu par la famille Zaha, offre un voyage fabuleux à travers l’histoire des habitants de la montagne.
Pourquoi créer un tel musée en pleine montagne ? Depuis des années, un fort exode rural a vidé les zones rurales et montagneuses pauvres du Sud du Maroc. Il est donc difficile de retenir ces jeunes ruraux qui partent à la recherche d’un travail, d’un meilleur avenir dans d’autres régions. Consciente de cette situation, Fatima Zaha, fille de feu Haj Ahmed Zaha, nous a confirmé que ce très modeste musée vise à sauvegarder la vie quotidienne des habitants amazighs. Et d’ajouter que le musée constitue un instrument  permettant de conserver les traditions et les coutumes de montagne  à travers les simples objets exposés et de sauvegarder un patrimoine immatériel qui risque de disparaître. Il s’agit donc d’une réflexion sur le passé des habitants,  une partie de l’histoire de nos ancêtres amazighs.
Pour ce qui est de la scénographie du musée, à première vue, cet espace présente un mélange d’objets  de la vie quotidienne des habitants amazighs. Les objets exposés retracent des moments de l’histoire de cette région montagneuse. L’aménagement du musée, une œuvre de Fatima, décline plusieurs thèmes de la vie de ce douar : des habits femmes et hommes, des bijoux en argent, des outils agricoles, des objets en pisé, des assiettes en porcelaine, des lampes à gaz. L’ensemble des objets témoigne de la vie domestique  des habitants et des agriculteurs. Fatima Zaha précise que ces objets sont fabriqués par les habitants locaux pour leurs besoins quotidiens. Ces outils et machines utilisés autrefois par les habitants témoignent d’une époque où l’homme menait une vie dure en travaillant la terre.
Cette découverte est très marquée : une forme d’écomusée qui tente « de valoriser à la fois des objets et le savoir-faire des habitants ». Les autorités compétentes, les institutions culturelles de la région ainsi que le ministère de tutelle, se doivent de développer ces sites  qui présentent une partie de l’histoire des habitants de montagne.

Halimi Abdallah
Jeudi 18 Mai 2017

Lu 476 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito









Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs