Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le Mujao revendique l’attentat de l’aéroport de Tombouctou


Une dizaine de jihadistes et un soldat malien tués



Le Mujao revendique l’attentat de l’aéroport de Tombouctou
Une dizaine d'islamistes et un soldat malien ont été tués dans la nuit de mercredi à jeudi à Tombouctou à l'occasion du premier attentat dans la mythique cité du nord-ouest du Mali, ont annoncé les armées française et malienne.
Le Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao), un des groupes islamistes ayant occupé le Nord du Mali en 2012, a revendiqué vendredi l'attentat de la veille à Tombouctou, et affirme avoir "ouvert un autre foyer de conflit" dans cette ville.
Une tentative d'incursion d'islamistes à l'aéroport a commencé par l'explosion d'une voiture piégée, première attaque de ce genre dans cette ville historique. Comme les autres grands centres du Nord du Mali, Tombouctou a été libérée fin janvier par des troupes franco-maliennes des groupes islamistes armés, dont Aqmi qui contrôlaient la région depuis 2012.
D'après la source malienne, ce sont au total "cinq soldats maliens" qui ont été touchés "lorsque les Français ont tiré sur un véhicule de l'armée malienne qu'ils ont pris pour un véhicule des jihadistes".
Des coups de feu ont été entendus durant presque toute la nuit dans le secteur de l'aéroport. Les combats ont pris fin dans le secteur "depuis 7 heures du matin", selon l'armée française.
En pleine guerre, la France a annoncé jeudi le rappel de son actuel ambassadeur au Mali, Christian Rouyer, avant la fin de sa mission. Il doit être remplacé par Gilles Huberson, directeur d'une cellule spéciale consacrée au Mali et au Sahel, selon le ministère des Affaires étrangères.
Ce changement s'inscrit dans le cadre d'une valse récente de plusieurs diplomates travaillant sur les dossiers malien et sahélien, même si le Quai d'Orsay a récusé toute "purge".
Mais c'est dans le massif des Ifoghas (extrême nord-est) que se concentrent depuis plusieurs semaines les opérations, conduites dans cette zone par des soldats français et tchadiens contre les jihadistes qui s'y sont retranchés.
Le Conseil des droits de l'Homme de l'ONU a adopté jeudi à Genève une résolution qui ne fait aucune référence aux soldats maliens accusés d'exercer des représailles contre les communautés touareg et arabes, souvent assimilées aux jihadistes.

AFP
Samedi 23 Mars 2013

Lu 106 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs