Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le Maroc premier client arabe de l’Algérie


Le Royaume exporte pour 281,77 millions de dollars de marchandises vers Alger



Le Maroc premier client arabe de l’Algérie
Selon le Centre national algérien des statistiques des douanes (Cnis), les échanges commerciaux de l’Algérie avec les pays arabes, qui ont dépassé les 5,41 milliards de dollars en 2012, se sont soldés par un excédent commercial de près de 968 millions de dollars en faveur d’Alger.
Selon le Cnis, le Maroc reste le premier client arabe de l’Algérie, puisqu’il absorbe 1,07 milliards de dollars des ventes algériennes à l’étranger, suivi  de la Tunisie avec 1 milliard de dollars, l’Egypte (876,51 millions de dollars), l’Irak (78,32 millions de dollars) et de la Mauritanie (61,07 millions de dollars). Quant aux principaux fournisseurs, la première place revient à l’Arabie Saoudite, qui a expédié vers l’Algérie en 2012 des marchandises d’une valeur de près de 467,2 millions de dollars, suivie de la Tunisie (407,75 millions de dollars), de l’Egypte (380,56 millions de dollars), du Maroc (281,77 millions de dollars) et enfin des Emirats Arabes Unis avec 259,57 millions de dollars. L’Algérie exporte vers les pays arabes notamment des produits alimentaires, de l’énergie et des lubrifiants, des produits laminés, des pneumatiques, des bonbonnes et des bouteilles, des flacons et articles similaires.
Les principaux produits importés par l’Algérie de ces pays sont les médicaments, les huiles légères, les fils de cuivre, les barres en fer, les conducteurs électriques.
Le commerce interarabe a représenté seulement 10% en moyenne de l’ensemble des échanges commerciaux des pays arabes sur les cinq dernières années. Ce résultat est dû essentiellement aux mesures non tarifaires et au coût élevé du commerce interarabe, notamment le transport et la logistique, selon les experts, qui estiment que la similitude des économies arabes, basées souvent sur le pétrole ou l’agriculture, n’encourage pas lesdits échanges. Ces experts considèrent que le coût lié à la logistique entre les pays arabes est parmi les plus élevés au monde. A titre d’exemple, ils relèvent que le coût de transit des biens entre deux pays arabes est dix fois supérieur à celui pratiqué entre deux pays asiatiques.
L’absence d’une harmonisation entre les politiques financières et de change des pays arabes, outre la faible complémentarité des biens échangés dans la région et le manque de diversification des structures d’exportation de ces pays, figurent également parmi les causes de la stagnation des échanges commerciaux interarabes.

Libé
Jeudi 21 Février 2013

Lu 1263 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs