Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le Maroc peine à atteindre les OMD

Le rapport de la FAO sur l’état de l’insécurité alimentaire dans le monde juge insuffisants les efforts déployés




Le Maroc peine à atteindre les OMD
Selon le rapport sur l’état de l’insécurité alimentaire dans le monde, présenté mardi à Rome, 842 millions de personnes ont souffert de faim chronique au cours de la période 2011-2013 contre 868 millions en 2010-2012.
Publié par l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), le Fonds international pour le développement agricole (FIDA) et le Programme alimentaire mondial (PAM), ce rapport présente un ensemble d’indicateurs qui visent à déterminer le caractère pluridimensionnel de l’insécurité alimentaire, ses facteurs et ses conséquences.
Ledit rapport souligne que l’Afrique, et tout particulièrement l’Afrique subsaharienne, reste très fortement touchée avec une personne sous-alimentée sur cinq.  
Concernant les pays d’Afrique du Nord, l’Algérie, l’Egypte, la Libye ou encore la Tunisie ont été classés “verts”, c’est-à-dire qu’ils ont obtenu le statut de bon élève ayant déjà atteint la cible fixée par les OMD ou devraient l’atteindre d’ici  2015. Le Maroc qui a été classé dans la catégorie des pays à revenu intermédiaire avec le Cameroun, la Côte d’Ivoire ou encore le Soudan, n’a obtenu que la couleur jaune, c’est-à-dire que les progrès qu’il a réalisés sont insuffisants pour atteindre ces objectifs.
Dans leur rapport, la FAO, le FIDA et le PAM exhortent les pays comme le nôtre «à déployer des efforts supplémentaires considérables et immédiats» pour atteindre les objectifs des OMD (Objectifs du millénaire pour le développement) et du SMA (Sommet mondial de l’alimentation).
A cet égard, ils estiment que la protection sociale est une aide immédiate pour les plus démunis et permettrait une réduction de la faim et de la malnutrition à long terme.
En effet, la protection sociale et la croissance sont corrélées positivement.Le développement économique accroît les ressources humaines et financières, tandis que la protection sociale contribue à stimuler la croissance à travers un capital humain plus productif car mieux protégé contre les risques sociaux.
Pour que la sous-alimentation soit réduite aussi rapidement que possible, les trois organisations internationales préconisent donc que la croissance profite aux pauvres à travers une répartition plus équitable des richesses nationales.

Danaé Pol (stagiaire)
Jeudi 3 Octobre 2013

Lu 817 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs