Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le Maroc mène une véritable politique industrielle dans le secteur minier

Selon Benkhadra, l’OCP ambitionne de doubler la capacité de production à l'horizon 2020




Le Maroc mène une véritable politique industrielle dans le secteur minier
Le Maroc mène une véritable politique industrielle dans le secteur minier, a affirmé, lundi à Paris, la directrice générale de l'Office national des hydrocarbures et des mines (ONHYM), Amina Benkhadra.
Intervenant lors du 13ème Forum économique international sur l'Afrique, placé sous le thème «Tirer parti des ressources naturelles pour la transformation économique», Mme Benkhadra a affirmé que cette politique s'est accompagnée de grands programmes de formation professionnelle, citant à cet égard l'exemple de l'Office chérifien des phosphates (OCP).
Selon Mme Benkhadra, qui s'exprimait dans le cadre d'un panel sur «Croissance, ressources naturelles et diversification économique en Afrique», le groupe OCP a une vision et une politique d'investissement très claires qui permettront notamment de doubler la capacité de production à l'horizon 2020.
Elle a également indiqué que le secteur minier est libéralisé au Maroc, faisant savoir que le rôle de l'Etat est d'assurer sa régulation.
La politique industrielle dans le secteur minier a pour objectif d'insérer le Maroc dans la chaîne mondiale de valeur, a ajouté la DG de l'ONHYM, mettant l'accent dans ce sens sur l'importance de la recherche-innovation.
Cette politique constitue le fondement de la croissance économique et du développement humain durable, a-t-elle conclu.
Organisé par le centre de développement de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), le 13ème Forum économique international sur l'Afrique connaît la participation de plus de 500 ministres et représentants de haut niveau du secteur privé, des universités et des organisations de la société civile.
Initié en collaboration avec la Banque africaine de développement (BAD), le programme des Nations unies pour le développement (PNUD), la Commission économique pour l'Afrique, le gouvernement français et l'Union européenne, cette rencontre a permis de discuter de la performance des économies africaines et des grands défis auxquels est confronté le continent.

MAP
Mercredi 9 Octobre 2013

Lu 620 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs