Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le Maroc frappe aux portes de l’OCDE

Lancement d’une campagne pour défendre la candidature du Maroc à un partenariat plus renforcé




Le Maroc frappe aux portes de l’OCDE
Une campagne de sensibilisation auprès des responsables de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) pour défendre et soutenir la candidature du Maroc à un partenariat plus renforcé avec l’organisation a été lancée à Paris par le nouveau ministre délégué chargé de la Fonction publique et de la Modernisation de l’administration, Mohamed Moubdii.
«L’OCDE exige, pour le développement d’un partenariat-pays, un certain nombre de standards», a expliqué le ministre, faisant savoir que la décision de validation de ce partenariat emprunte des circuits très sélectifs et requiert, par conséquent, la présentation d’un dossier solide basé sur une mise en œuvre de politiques publiques répondant à ces standards.
Et de souligner que le Maroc a besoin non seulement de tirer profit des expériences des pays de l’OCDE en matière de bonnes pratiques et de bonne gouvernance, mais d’occuper un statut en tant que membre bénéficiant ou pouvant bénéficier des acquis et des facilités de son appartenance à cette instance économique afin de jouir de la confiance de la communauté économique internationale. 
Au cours de sa visite en France, a Moubdii a rencontré le secrétaire général de l’OCDE, Angel Gurria, les membres du directoire de l’organisation ainsi que les représentants des Etats-Unis, de la Corée du Sud, du Japon et de la France, qui préside la Commission de sélection qui va se pencher sur les candidature des autres pays en lice pour un partenariat-pays avec l’OCDE, à savoir le Pérou, le Kazakhstan et la Thaïlande.
La commission va étudier aujourd’hui les premières sélections avant de se réunir le 25 janvier au niveau des ministres, a fait savoir le ministre, se disant confiant quant aux chances du Maroc de gagner ce pari eu égard à la solidité de son dossier et au soutien exprimé par les représentants des Etats membres les plus influents auprès de l’OCDE à sa candidature.
Depuis une dizaine d’années, l’OCDE tisse des rapports très étroits avec le Maroc, qui a adhéré à plusieurs instruments, notamment la Déclaration de l’OCDE sur l’investissement international et les entreprises multinationales, la Déclaration sur la probité, l’intégrité et la transparence dans la conduite des affaires et de la finance internationale et la Convention concernant l’assistance administrative mutuelle en matière fiscale.
En outre, le Maroc siège, depuis 2009, au Comité directeur du centre de développement de l’OCDE et participe aux travaux du Comité de l’investissement, du Comité des politiques de développement territorial et du Comité de la gouvernance publique. 

Lundi 13 Janvier 2014

Lu 426 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs