Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le Maroc figure parmi les pays africains à faible risque pour les entreprises

Le Royaume fait exception au Maghreb, selon le cabinet britannique de conseil Control Risks




Le Maroc figure parmi les pays africains à faible risque pour les entreprises
Le Maroc est un pays attractif pour les entreprises. Il est considéré comme un pays à «faible risque» selon la dernière édition 2015 de la Carte annuelle des risques sécuritaires et économiques élaborée par le cabinet britannique de conseil Control Risks. Selon cette dernière,  le Maroc fait partie de six pays africains (Cap-Vert, Seychelles, Namibie, Maurice et Botswana), où des investisseurs internationaux peuvent, en toute sécurité, s’installer pour faire des affaires, créer des filiales ou envoyer leurs représentants pour chercher de nouveaux marchés sans que la sécurité de leurs employés ou leurs intérêts ne soient menacée.
Le Maroc est considéré comme une exception dans la région du Maghreb. Il fait mieux que l’Algérie classée comme étant un pays à risque et la Tunisie et la Mauritanie qui figurent dans la catégorie des pays présentant un risque moyen. Alors que l’Egypte et la Libye figurent en zone rouge, soit celle des pays où il existe un risque élevé. A notre que l’édition 2015 de l’étude de Control Risks dresse un tableau sévère et peu nuancé de la situation des pays africains concernant des  “risques politiques” ou des “risques de sûreté” (tels que la fraude, la destruction de biens ou le vol d’informations par exemple).   C’est le cas des pays et territoires d’Afrique subsaharienne qui figurent dans la catégorie des pays «à risque élevé» comme le Tchad, le Niger, le Mali, le Soudan du Sud, la Côte d’Ivoire, le Somaliland, l’Erythrée et le Burundi. Une bonne vingtaine de pays situés au Sud du Sahara sont, par ailleurs, classés dans la catégorie des pays présentant un risque moyen. C’est notamment le cas de l’Afrique du Sud, l’Angola, le Kenya, la Zambie, la Tanzanie, le Cameroun, l’Ethiopie, le Bénin et le Togo. Le cabinet estime qu’il y a un «risque extrême» en Centrafrique et en Somalie, deux pays frappés par des conflits.
Un classement que ne semblent pas partager certains analystes qui estiment qu’il est plus difficile de comprendre le regroupement dans la même catégorie – celle des zones à “risques politiques élevés” – de territoires aussi divers que la Côte d’Ivoire et la Libye, le Cameroun et le Somaliland (Etat non reconnu, situé dans le partie Nord de la Somalie), Madagascar et l’Erythrée, l’Algérie et la Gambie, le Burundi et le Zimbabwe, ou encore la RD Congo et l’Egypte. 
Selon les estimations du cabinet de conseil, les “risques politiques pour les entreprises”, mesurés en fonction des réglementations défavorables, de l’insécurité juridique, de l’exposition à la corruption, des dangers d’expropriation, de nationalisation ou de sanctions internationales, seraient “assez élevés” dans la plupart des grands pays émergents (Chine, Turquie, Inde, Russie, Brésil et Mexique notamment). 

Hassan Bentaleb
Lundi 15 Décembre 2014

Lu 1378 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs