Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le Maroc et la Tunisie en tête des bénéficiaires des financements de la BAD liés au transport


Entre 1967 et 2017, les deux pays ont reçu respectivement 2,7 et 2 milliards de dollars



Le Maroc et la Tunisie sont les premiers bénéficiaires des projets de transports financés par le groupe de la Banque africaine de développement (BAD) au cours des cinquante dernières années. 
Entre 1967 et 2017, les deux pays ont reçu respectivement 2,7 milliards et 2 milliards de dollars, selon un décompte rendu public récemment par l’institution financière panafricaine, à l’occasion du cinquantenaire du premier projet financé par le groupe. 
Les financements apportés au Maroc ont couvert 14 projets. Il s’agit de la construction d’une autoroute, le renforcement de 6.000 km de routes, la construction ou la modernisation de 7 aéroports, la construction de 290 km de voies ferrées ainsi que le financement du port de Nador West Med. 
Selon la BAD, 18 millions de Marocains auraient ainsi bénéficié desdits projets financés au cours de cette période.
Comme le Maroc, les financements apportés à la Tunisie dans le domaine du transport ont couvert également 14 projets. Ils ont permis, en l’occurrence, la construction d’une autoroute,  le renforcement de 5.300 km de routes, la construction de l’aéroport d’Enfidha ainsi que la modernisation du réseau ferré. Ces projets  ont bénéficié à quelque  8 millions de Tunisiens.
Dans la région Afrique du Nord, on notera que l’Algérie n’a reçu que 760 M$ de financement pour 8 projets. A savoir : le bitumage et le renforcement de 1.200 km de route, l’équipement du port de Djen Djen, le financement de la compagnie aérienne Air Algérie et l’amélioration du réseau ferroviaire. Ces projets ont bénéficié à 20 millions d’Algériens.
La Mauritanie, autre pays de la région, n’a, quant à elle, reçu que 90 M$ de financement au profit de 4 projets : le bitumage de 490 km de routes et la construction d’un important pont.
A noter que la quasi-totalité des pays membres de la BAD ont bénéficié de financements. A l’instar du Kenya qui a été le premier pays du continent auquel la Banque a alloué des financements. C’était en 1967. L’institution financière avait alors financé la réalisation des voies routières dans ce pays.
Comme l’a relevé l’institution, la région Afrique de l’Est a pris une certaine importance au niveau sous-régional. 
En effet, les financements alloués aux projets du secteur des transports dépassent le milliard de dollars au Kenya (1.780 M$ de financement pour 22 projets), en Tanzanie (1.580 M$ de financement pour 18 projets) et en Ethiopie 1.380 M$ de financement pour 15 projets). 
L’Afrique de l’Ouest vient ensuite, avec, notamment, comme locomotive la Côte d’Ivoire avec 1.300 M$ de financement couvrant 9 projets. Il est à rappeler que ce pays a bénéficié récemment de mégaprojets de transport urbain.
Plus généralement, le groupe de la Banque africaine de développement a indiqué avoir financé plus de 450 projets de transport à travers l’Afrique, en 50 ans d’existence. 
Globalement, ces projets soutenus ont concerné différents types de transport, notamment les routes, ports, aéroports et voies ferrées. 
Selon un document de la BAD, les projets routiers sont les plus nombreux. En l’espace de 50 ans, plus de 40.000 km de routes ont été bitumées via des financements de la Banque, a indiqué l’institution. Ce qui représente « quatre fois la distance séparant Tunis, capitale la plus au Nord du continent, et la ville du Cap, à l’extrême Sud », a-t-elle fait remarquer.
En ce qui concerne les ports africains, la BAD a indiqué avoir alloué des financements à la création, l’agrandissement ou à la modernisation de 16 d’entre eux. Notamment en Afrique de l’Ouest à Cotonou (1979), Banjul (1982), Conakry (1983). Dakar (2009), Lomé (2011). L’institution a également soutenu des chantiers navals (Cap-Vert, Cameroun, Burundi).
Comme les ports africains, le transport ferroviaire a aussi fait l’objet de nombreux financements. Dans ce secteur, on retiendra l’avance relative de l’Afrique australe et de l’Afrique du Nord. 
« Ces deux régions réunissent neuf des quatorze pays africains ayant sollicité la BAD pour des projets ferroviaires. La Tunisie (1975) et la Zambie (1979) ont ouvert la voie, tandis que les projets les plus récents concernent l’opérateur Transnet en Afrique du Sud (2010 et 2014), ainsi qu’un projet multinational Mozambique - Malawi (2015) », a précisé la banque. 
Notons enfin que la BAD a alloué également des financements dans le domaine du secteur aérien, en soutenant les investissements réalisés dans une trentaine d’aéroports à travers le continent.


Alain Bouithy
Lundi 14 Août 2017

Lu 1186 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito









Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs