Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le Maroc et la Côte d’Ivoire vivent une nouvelle lune de miel




Le Maroc et la Côte d’Ivoire  vivent une nouvelle lune de miel
Entre le Maroc et la Côte d’Ivoire, c’est désormais la lune de miel. Depuis que le Roi Mohammed VI y a effectué un long et fructueux séjour en février dernier, la Côte d’Ivoire est sous le charme de tout ce qui est marocain. A la grande joie de Fatima Marwane, la ministre de l’Artisanat, de l’Economie sociale et de la Solidarité. Venue à Abidjan à la tête d’une forte délégation de professionnels marocains du secteur de l’artisanat pour assister au premier MIVA (marché ivoirien de l’artisanat), Mme Marwane et sa délégation ont fait l’objet d’une attention particulière, profitant ainsi de l’aura du Souverain. En effet, plus d’un mois après le passage de SM le Roi à Abidjan, ses portraits sont toujours visibles dans de nombreuses artères de la ville et les Abidjanais parlent encore de cette visite historique. De grandes sociétés ont fait leur entrée en force au pays de feu Felix Houphouët-Boigny. Sous le règne de SM Mohammed VI, la coopération économique a dépassé le stade des slogans. Après le bâtiment, la banque et l’assurance, l’artisanat est au centre de la coopération entre les deux pays.
2014 année de l’artisanat en Côte d’Ivoire. Ainsi en a décidé le gouvernement de ce pays! Et le MIVA ne serait que la première manifestation de cette décision. Une quinzaine de pays africains y participent, dont le Maroc qui a répondu présent sans hésiter un instant. Il faut dire que sur ce plan, les deux pays présentent  bien des similitudes. Au Maroc, le secteur de l’artisanat emploie quelque 2,26 millions de personnes, soit 20% de la population active, et contribue à hauteur de 9 % du PIB.
Le département aujourd’hui dirigé par Fatima Marwane s’est doté, il y a sept ans, d’une stratégie baptisée Vision 2015. Celle-ci, élaborée en parfaite harmonie entre le gouvernement et les professionnels du secteur, ambitionne, entre autres, d’atteindre un chiffre d’affaires de 24 milliards de dirhams, créer 115.000 emplois, multiplier par 10 les exportations, créer 300 PME dont 20 à 30 acteurs de références, et former 60.000 jeunes. Il faut dire qu’avec un chiffre d’affaires de plus de 20,2 milliards de dirhams à la veille de l’heure du bilan, Fatima Marwane a toutes les raisons de jubiler, chiffres à l’appui. «Le bilan est globalement positif et satisfaisant, eu égard à la stagnation de l’économie mondiale causée par la crise, et dont ont souffert plusieurs secteurs», affirme-t-elle lors d’une réunion entre professionnels du secteur des deux pays. 
Aussi bien à Abidjan qu’à Rabat, le secteur de l’artisanat occupe aujourd’hui une place de choix dans le développement durable et pour une croissance soutenue.
  En Côte d’Ivoire, il emploie 40 % de la population active et le gouvernement s’emploie à développer et moderniser le secteur pour l’amener à contribuer à hauteur d’au moins 20 % de la formation du PIB à l’échéance 2020, explique Jean-Louis Billon, ministre ivoirien du Tourisme, de l’Artisanat, et de la Promotion des PME.  D’ailleurs, l’Assemblée nationale ivoirienne s’apprête à adopter le Code de l’artisanat. Un Code qui a pour «objectif principal de rendre les produits de l’artisanat plus compétitifs et conformes aux exigences du marché international», souligne M. Billon. 
Le lancement de l’opération «B to B» entre hommes d’affaires marocains et ivoiriens dans le secteur de l’artisanat s’inscrit en droite ligne de cette volonté commune des chefs d’Etat des deux pays de donner un contenu concret à la coopération bilatérale. Travailler en synergie semble ainsi être le slogan des deux parties.  Véritable cheville ouvrière du secteur de l’artisanat national, la Maison de l’artisan dirigée par le jeune dynamique Abdllah Adnani, est présente en force à Abidjan pour prêter assistance aux professionnels nationaux et porter très haut et le plus loin possible la coopération bilatérale.
La Maison de l’artisan a décidé de dédier l’année 2014 au continent africain, matérialisant  ainsi les récentes orientations du Roi contenues dans son retentissant discours d’Abidjan, indique M. Adnani. Après la Côte d’Ivoire, cap les prochains mois sur le Mali, le Gabon et le Niger, précise-t-il.
«La coopération Sud-Sud est notre avenir et constitue notre feuille de route pour les futures collaborations ivoiro-marocaines dans tous les secteurs», clame Fatima Marwane.
 

Par Abdelaziz Errommani
Jeudi 17 Avril 2014

Lu 1901 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs