Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

“Le Maroc et l’Afrique: histoire, présent et futur”




Recommandations du colloque

“Le Maroc et l’Afrique: histoire, présent et futur”
A l’occasion de la conférence internationale sur «Le Maroc et l’Afrique: histoire, présent et futur», organisée par la Fondation Fikr pour le développement, la culture et  les sciences à Rabat, les 12 et 13 juin 2014, les participants: professeurs  universitaires,  acteurs politiques, et économiques, des pays africains et européen, ont reconnu la nécessité de concertation  régulière et soutenue entre leurs organisations politiques, sociales / et culturelles ou/et économiques… afin d’élaborer  des approches communes destinées à assurer le développement de l’Afrique dans tous les domaines sur la base d’une solidarité active fondée sur une vision prospective partagée.
Dans ce contexte, les participants : 
- considèrent qu’il est indispensable de promouvoir de nouveaux cadres d’échanges et de concertation réunissant  sous diverses formes les partis politiques, les organisations de la société civile, les syndicats et autres associations non gouvernementales qui consacrent leurs efforts et leurs réflexions à la solidarité africaine et au progrès économique et social du continent africain  afin d’assurer son émergence comme une nouvelle zone de croissance et de développement économique et social  de la planète;
- reconnaissent les efforts effectués par le Maroc pour contribuer valablement à cet effort collectif et l’encouragent à les poursuivre dans un esprit gagnant-gagnant qui pourra seul garantir la pérennité des actions entreprises;
- considérant que l’Afrique après 50 ans d’indépendance continue de faire l’objet de manipulations diverses qui l’exposent à des crises et conflits internes qui menacent durablement sa stabilité;
- attendu que ces conflits récurrents ont souvent été à l’origine des guerres multiformes qui entravent gravement le développement du continent;
- considérant que de nombreux conflits internes n’ont pas encore trouvé des solutions définitives.
- convaincus que la résolution de ces conflits exige une Union africaine forte avec une commission de la  paix et la sécurité plus efficace;
- saluant la volonté des autorités marocaines d’engager le Maroc comme pays leader dans la mise en œuvre d’une affirmation plus forte de la personnalité politique africaine.  Recommandent aux responsables de l’UA et aux chefs d’Etat africains d’engager le continent dans : 
1. Une réforme de l’UA avec une volonté de renforcer les pouvoirs et les prérogatives. 
2. Une réforme des institutions au sein des Etats africains qui  tienne compte des réalités sociologiques qui prévalent dans les nations pluriethniques  africaines et dont la mauvaise gestion est souvent à l’origine des soubresauts tragiques et sanglants qui déstabilisent durablement le continent. 
3. Les participants lancent un appel pour le retour du Maroc au sein de l’Union africaine.
Et pour finir, les participants remercient la Fondation Fikr pour le développement, la culture et les sciences qui a organisé cette conférence importante, ainsi que les autorités et le peuple marocain pour leur hospitalité légendaire.
Fait à Rabat le 13 juin 2014 

Mot de clôture

«Excellences, Mesdames Messieurs, chers invités, Chers amis
J’ai l’insigne honneur, au nom de la Fondation Fikr de vous souhaite une autre fois la bienvenue à ce colloque que nous avons  organisé sur le thème: Maroc/Afrique : présent, passé, avenir”. Terre de rencontre des civilisations et des cultures depuis des temps séculaires, le Maroc a depuis toujours privilégié l’entretien de rapports profonds avec l’Afrique et ce, sur les plans commercial, spirituel et culturel. Bien plus, le Maroc n’a jamais envisagé un quelconque destin pour lui sans que l’Afrique n’y ait une place. C’est dire que l’attachement du Maroc à l’Afrique n’est pas seulement géographique mais de l’ordre de l’ontologique. Certes les ruptures liées à certaines dures périodes de notre histoire commune, notamment celles de l’époque coloniale, ont d’une façon ou d’une autre impacté nos rapports. Mais aujourd’hui le contexte est tout autre : le Maroc et l’Afrique sont engagés dans un nouveau projet des plus fantastiques pour le développement et la création des richesses. En témoignent les récentes visites de Sa Majesté le Roi Mohammed VI dans de nombreux pays africains et le lancement de nombreux projets qu’il y a lancés, l’augmentation et la diversification des investissements qu’il y a initiés. En témoignent aussi l’important flux de jeunes africains qui viennent chaque année s’installer au Maroc pour y étudier, vivre et y travailler, de même que le nombre de plus en plus remarquable d’entreprises et de start-up marocaines qui choisissent d’installer leurs activités en Afrique. 
Notre plus grand souhait, en cet instant solennel, est de voir bientôt s’ouvrir les frontières terrestres entre notre pays et l’Algérie sœur, afin de pouvoir tous ensemble reconstituer la grande route commerciale et spirituelle reliant Sijilmassa à Zanzibar en passant par la mythique Tombouctou. C’est l’ensemble du continent qui en tirera bénéfice à tous point de vue : pour la paix et le confort de nos peuples.
 La tenue de ce colloque n’est donc pas un événement de circonstance : il s’inscrit dans la grande tradition d’amitié qui unit le Maroc à l’Afrique. En cette période difficile par laquelle passe le monde actuellement, il nous a semblé nécessaire de nous réunir, afin de revisiter nos lieux de mémoire, passer au crible fin notre présent et scruter l’horizon de notre avenir et devenir. C’est ce qu’on appelle conduire une action stratégique réaliste et pragmatique. Une action dont on a plus que jamais besoin à l’heure où le Maroc et l’Afrique sont menacés par tant de convoitises. Mais ce colloque n’est qu’une étape première : il y en aura d’autres sur des thématiques spécifiques afin de mieux cibler nos besoins et pouvoir se fixer de nouveaux caps pour le progrès. 
Je voudrais remercier vivement tous nos invités qui sont venus de loin, répondant à l’appel de nos racines communes, pour nous consolider dans cette démarche et témoigner de leur amour indéfectible pour l’Afrique. Je voudrais remercier également toutes celles et ceux qui ont pris sur leur temps pour nous accompagner dans l’organisation de cet événement, et souligner toute ma reconnaissance aux institutions du public et du privé qui n’ont pas hésité à nous apporter toute l’aide nécessaire à son succès. Ma gratitude va aussi à tous les membres de notre Fondation Fikr, au comité d’organisation les collègues Elmoussaoui Ajlaoui, Abderrahman Tenkoul, Zhor lhioui, Yousef Elkouari, Yousef Agmir, Khaled Chegraoui, Rachid Belbah, Abdelaziz Derouiche, Hasan Berkia, Said Jaafar, la Fondation Fikr (FONDECS) s’engage à un bon suivi des recommandations de ce colloque. Un grand merci pour vous tous. Vive le Maroc, vive l’Afrique.»
 
 * Président de la fondation Fikr
 

Professeur Mohammed Derouiche *
Mardi 8 Juillet 2014

Lu 2634 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs