Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le Maroc dénonce l'agression à Kingstown de l'un de ses diplomates par un responsable algérien

Omar Hilale met à nu l’implication avérée de l’Algérie dans le dossier du Sahara marocain




Le Maroc dénonce l'agression à Kingstown de l'un de ses diplomates par un responsable algérien
Le Maroc a dénoncé jeudi «l'agression physique» de l'un de ses diplomates par un responsable algérien lors d'une réunion d'un comité onusien dans les Caraïbes, un «grave» incident qui va «contre tous les usages diplomatiques», selon le chef de la diplomatie marocaine.
«Le Comité spécial des 24, un comité de l'ONU sur la décolonisation, tenait ce jeudi une réunion sur l'île de Sainte-Lucie», a déclaré à l'AFP un haut responsable marocain.
«Depuis ces dernières années, à chacune de ces réunions se pose le problème de la représentativité pour nos provinces du Sud, où nos représentants élus contestent la présence du Front Polisario», a expliqué ce responsable.
«Au cours de la réunion, Soufiane Mimouni, directeur général du MAE algérien, a agressé physiquement l'adjoint de notre ambassadeur à Sainte-Lucie», a accusé cette source.
«Notre diplomate a dû partir à l'hôpital, la réunion a été interrompue, une plainte a été déposée», a ajouté le même responsable, photo à l'appui.
Sur ces clichés, on peut voir un homme en costume sombre, allongé sur le sol et auquel une secouriste porte assistance.
Interrogé par l'AFP, le ministre marocain des Affaires étrangères Nasser Bourita a confirmé l'incident: «Arriver ainsi à transgresser tous les us et coutumes diplomatiques, de la part d'un haut diplomate, troisième personnage du MAE algérien, c'est grave. Ce genre d'extrême, jusqu'à l'agression physique, c'est unique dans les annales».
«Cela traduit une extrême nervosité de la diplomatie algérienne: qu'un représentant algérien se déplace jusqu'à Sainte-Lucie, et énervé par la demande de nos représentants, en vienne ainsi aux mains. C'est d'autant plus surprenant de la part d'un pays (l'Algérie) qui se dit simplement observateur» au Sahara, a-t-il remarqué, appelant Alger «à plutôt contribuer à une solution et à assumer sa responsabilité dans ce dossier».
Il convient de rappeler que l’ambassadeur, représentant permanent du Maroc auprès de l’ONU, Omar Hilale, a mis à nu, jeudi à Kingstown à Saint Vincent et les Grenadines, l’implication avérée et incontestable de l’Algérie dans le dossier du Sahara marocain, et son soutien inconditionnel aux séparatistes du Polisario.
Intervenant au séminaire régional du C24 pour les Caraïbes, il a rappelé que l’Algérie a été, sans conteste, derrière la création en 1973 du Polisario pour contrecarrer les droits légitimes du Maroc sur son Sahara.
Rappelant que c’était le Maroc qui avait inscrit la question du Sahara, alors sous occupation espagnole, aux Nations unies, en 1963, l’ambassadeur marocain s’est demandé: "Où était le Polisario à ce moment là ? ».
« La réponse est qu’il n’existait pas », a-t-il poursuivi. « Comment peut-il, aujourd’hui, prétendre à une quelconque représentativité du Sahara ? », a encore martelé l’ambassadeur, ajoutant que cela « relève de l’absurde et démontre clairement que le Polisario n’a été créé en 1973 par l’Algérie que pour contrecarrer les droits légitimes du Maroc sur son Sahara et les aspirations de mon pays pour recouvrer son intégrité territoriale ».
« En agissant de la sorte, a souligné Omar Hilale, l’Algérie a fait fi des règles minima de bon voisinage et renié le soutien indéfectible que le Maroc lui a apporté afin qu’elle obtienne, elle-même, son indépendance ».
L’implication de l’Algérie a été clairement soulignée dans la dernière résolution du Conseil de sécurité (2351) de 2017 prorogeant d’un an le mandat de la MINURSO, et qui a appelé les Etats voisins à faire des contributions importantes au processus politique.
« Dorénavant, a-t-il insisté, l’Algérie ne peut plus se cacher derrière son pseudo-statut d’observateur, et doit s’asseoir autour de la table des négociations, et y contribuer pleinement, pour mettre en œuvre le mandat du Conseil de Sécurité ». Et l’ambassadeur marocain de conclure que « si l’Algérie a parié sur le statu quo et la création de fausses tensions dans la région, le Maroc a choisi la voie de la négociation, de la coopération, en pariant sur le futur et en s’inscrivant dans la logique de la recherche de la solution négociée ».
A signaler qu’à la suite de l’intervention du représentant permanent du Maroc auprès de l’ONU déconstruisant, preuves à l’appui, les arguments vénézuéliens infondés, les membres du C24 ayant pris part au séminaire ont dénoncé vigoureusement, dans une lettre officielle, l'attitude partiale et biaisée du président du Comité, l’ambassadeur du Venezuela aux Nations unies, Raphael Ramirez, d’imposer la participation du Polisario au séminaire.
Huit membres du Comité, en l’occurrence Saint Vincent et les Grenadines, Sainte Lucie, Antigua et Barbuda, la Dominique, Saint Kits et Nevis, Grenade, la Côte d’Ivoire et la Sierra Leone, ont exprimé leur opposition catégorique à la décision du président du Comité d’inviter le Polisario à prendre part à ce séminaire.
Ils ont rejeté avec force les arguments fallacieux avancés par l’ambassadeur du Venezuela pour tenter de conférer une prétendue représentativité aux séparatistes.
Ils ont souligné que la position de l’ambassadeur vénézuélien ne représente nullement celle des membres du C24, ajoutant que cette décision n’a même pas été discutée parmi les membres du Bureau du Comité, comme l’exigent les règles de procédures des Nations unies.
Les représentants des huit pays ont fait part de leur soutien sans réserves à la participation au séminaire des représentants démocratiquement élus des deux régions du Sahara marocain, insistant que cette participation leur permettra de partager avec le Comité les informations de première main sur les développements positifs politiques, économiques et socioculturels au Sahara marocain.

Samedi 20 Mai 2017

Lu 2475 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito









Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs