Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le Maroc demande la fermeture du bureau de liaison de la Minurso à Dakhla

Ban Ki-moon vit trop mal sa solitude




Le Maroc a demandé à l’ONU la fermeture du bureau de liaison de la MINURSO à  Dakhla, selon une déclaration de l’adjoint du porte-parole du secrétaire général, Farhan Haq.
«C'est la première demande visant directement la composante militaire de la  MINURSO », a-t-il souligné.
Cette demande intervient après la demande faite par les autorités marocaines à l’ONU de retirer une grande partie des experts civils de la mission onusienne, et ce en guise de protestation contre les agissements et les déclarations déplacées du secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon lors de sa dernière tournée dans la région du Maghreb.
Selon l’ONU,  il s'agit de 70 personnes de différents statuts dépendant de l'ONU et de  trois civils dépendant de l'Union africaine. La liste comprend notamment les  six spécialistes du déminage de la mission et deux sous-traitants.
«Les membres du Conseil de sécurité et des hauts responsables de l’ONU sont en contact avec les autorités marocaines pour trouver une solution mutuellement acceptable », a affirmé la même source.  Et sur un ton menaçant indigne d’un fonctionnaire de l’ONU, Farhan Haq a déclaré : «Nous espérons que le Maroc comprendra que ce comportement ne peut pas être toléré». Et d’ajouter qu’il existe « un risque réel d’escalade de la tension et peut-être même de conflit », selon une dépêche de l’AFP.
Par ailleurs, les sit-in de protestation des Marocains résidant à l’étranger contre les déclarations de Ban Ki-moon à Tindouf, se poursuivent à travers le monde. Après la grandiose marche de Rabat et de Laâyoune, et les sit-in de Paris, Barcelone, etc., un sit-in imposant a été organisé devant le siège de l'ONU, selon la MAP.
Plus d'un millier de Marocains, toutes générations confondues, sont venus des  quatre coins des Etats-Unis, bravant les distances et le froid, pour exprimer leur rejet catégorique des dérapages verbaux et provocateurs de Ban Ki-moon qui a  outrepassé son rôle de facilitateur de paix, et fait fi des principes et idéaux  fondateurs de la Charte de l'ONU, ainsi que des résolutions du Conseil de  sécurité appelant à  une solution politique, durable et mutuellement acceptable au  différend artificiel autour du Sahara marocain.
Hommes, femmes et enfants, établis dans différents Etats US, certains faisant même le déplacement depuis la côte Ouest, ont saisi cette occasion pour  dénoncer, fortement et sans équivoque, les déclarations « mal avisées » du SG de  l'ONU, qui font peu de cas de la neutralité et de l'équidistance consubstantielles à la mission du chef des Nations unies et constituent, de ce fait, un incident sans précédent dans les annales de  cette organisation internationale.
Scandant l'hymne national, et arborant fièrement des portraits de S.M le Roi Mohammed VI et les couleurs nationales, les manifestants ont souligné  leur attachement indéfectible à la marocanité du Sahara et à  l'intégrité territoriale du Royaume.
«Le Sahara est marocain et il le restera à jamais » et «Le Maroc est dans son Sahara et le Sahara est dans son Maroc», lit-on sur les pancartes brandies en l’occasion et qui appellent aussi le secrétaire général de l'Onu à « honorer son devoir de  garantir l'unité et d'éviter de semer la division ».
Les Marocains venus notamment de New York, du New Jersey, de la capitale fédérale Washington, du Connecticut, ou encore de la Californie, du Texas, de l'Illinois et de la Floride, ont souligné dans des déclarations à la MAP leur attachement indéfectible et inconditionnel au  droit irréfragable du Royaume à défendre son intégrité territoriale.
A cette occasion, le Rabbin Gad Bouskila, membre éminent de la communauté juive marocaine de New York, a affirmé qu'à travers ses propos «scandaleux», Ban Ki-moon s'est départi des règles élémentaires de la diplomatie et de  l'objectivité, notant que cette manifestation a permis de réaffirmer l'attachement des Marocains, où qu'ils soient, à leur mère patrie.
«Même si l'on vit loin du Royaume, le Maroc, notre mère patrie, demeure dans  nos cœurs et nos esprits », a dit le Rabbin Bouskila, pour qui « le Sahara a été, depuis la nuit des temps, marocain et il le restera pour l'éternité ».

A.M
Mercredi 23 Mars 2016

Lu 1540 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs